/sports/opinion/columnists
Navigation

Soyez prêts pour le grand départ

Pour tirer le maximum de votre motoneige, il faut prendre le temps de bien la préparer avant la première randonnée.
Photo Julien Cabana Pour tirer le maximum de votre motoneige, il faut prendre le temps de bien la préparer avant la première randonnée.

Coup d'oeil sur cet article

Avant de partir à l’assaut des sentiers de motoneige ou de vous aventurer hors sentier, n’oubliez surtout pas qu’il faut prendre le temps de bien préparer votre motoneige qui dort depuis le printemps dernier.

Histoire d’avoir de bons conseils, nous en avons discuté avec un expert dans le domaine, Michel Garneau, de la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec.

« Quel cauchemar que de perdre des opportunités de rouler en raison de bris mécaniques qui sont souvent faciles à éviter », explique Garneau.

« Il faut que le motoneigiste soit proactif et prépare très bien sa motoneige avant de penser à faire une première randonnée. Cela se traduira par une expérience plus agréable, une meilleure fiabilité de la motoneige, une réduction des dépenses et un impact beaucoup moins important sur l’environnement », précise-t-il

Le tour de la machine

Il conseille de vérifier les raccords d’admission, en portant une attention particulière aux fentes ou trous qui seraient présents. Il faut aussi vous assurer que tous les colliers sont bien serrés.

Le réservoir à essence doit être vidé et rempli avec de l’essence nouvelle. L’indice d’octane de l’essence entreposée depuis longtemps a tendance à diminuer, ce qui pourrait s’avérer problématique pour votre moteur à haute performance, surtout les deux temps.

Vous devez aussi remplacer le filtre à essence et profiter de cette mise au point pour changer aussi les bougies.

Une vérification visuelle du système d’échappement doit aussi être faite, pour savoir si quelque chose obstrue la sortie.

Par la suite, il conseille de vérifier l’état du câble à essence et de la pompe à l’huile. Leur mouvement doit se faire librement.

Il faut aussi vérifier les niveaux de l’huile, du liquide de refroidissement, et l’état des conduits des divers réservoirs de liquides.

Enfin, surveillez bien le joint d’étanchéité du vilebrequin sur le côté de la poulie motrice, en portant une attention particulière pour voir s’il y a des fuites.

Entraînement, suspension et direction

Pour l’entraînement, il faut vérifier l’état des poulies, enlever la courroie et faire une vérification visuelle pour voir s’il n’y a pas de rayures ou de fentes. L’ajustement adéquat de cette dernière vous permettra d’obtenir des performances maximales et une bonne économie d’essence.

Pour le carter de chaîne, il est important de bien vérifier le niveau d’huile et de voir s’il n’y a pas des fragments. Une vérification visuelle vous permettra de vous assurer de son étanchéité. La tension de la chaîne doit aussi être parfaite.

Les freins doivent être regardés attentivement pour constater l’état des plaquettes. Si elles sont trop minces, il faut les changer. Tous les roulements sous la motoneige à l’arrière doivent aussi être inspectés.

Au niveau de la suspension et de la direction, il faut vérifier l’état des lisses, l’alignement des skis, qui doivent être légèrement en ouverture, ainsi que les amortisseurs, en cherchant en particulier s’il n’y a pas de fuite d’huile.

L’état et la tension de la chenille doivent aussi être pris en considération, ce qui aura un impact direct sur les performances de la motoneige.

Tous les raccords doivent être graissés adéquatement. Si votre chenille possède des crampons, il est important d’en vérifier l’état et de changer ceux qui seraient endommagés. Ils peuvent faire la différence pour vous offrir une bonne prise sur la neige durcie et la glace.

Coupe-circuit

Quant au tableau de commande de votre motoneige, il est important de voir à ce que tout fonctionne adéquatement, surtout l’interrupteur d’urgence.

Il faut aussi vérifier le fonctionnement du phare avant, du feu arrière, et du feu de freinage. Tous les boulons et écrous doivent être bien serrés.

Vous devez aussi vous assurer du bon état de la batterie de votre motoneige et bien nettoyer les terminaux pour que les contacts soient parfaits.

 

Les droits d’accès sont obligatoires

Naturellement, avant de prendre les sentiers, vous devez posséder votre droit d’accès en règle. L’autocollant doit être apposé sur le côté gauche de votre motoneige.

Vous devez toujours avoir en votre possession le reçu (papier jaune). Vous devez le présenter lors d’une vérification des patrouilleurs des clubs, ceux de la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec et des différents corps policiers.

Présentement, vous pouvez profiter, jusqu’au 9 décembre, d’une importante baisse de prix si vous faites l’achat maintenant de votre droit d’accès.

 

L’important financement des clubs

Alors que les clubs sont en préparation pour le début de la prochaine saison, la vente des droits d’accès qui se déroule actuellement représente un outil de financement très important pour eux.

Pour démarrer la saison, les dépenses sont importantes. Sur les 325 $ que vous déboursez, 166,01 $ sont remis aux clubs, ce qui représente plus de 50 % du montant.

Pour le reste, 42,60 $ représentent le coût de l’assurance responsabilité civile d’un million de motoneigistes, 21,40 $ le coût de l’assurance responsabilité civile de 2 $ millions du club, 61 $ est remis à la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec, et le reste représente les taxes gouvernementales.

Sur le montant remis à la FCMQ, 40 $ servent à alimenter différents services aux motoneigistes, comme le fonds pour l’amélioration des sentiers.