/24m/city
Navigation

Un budget pro-économie et environnement, selon Valérie Plante

Un budget pro-économie et environnement, selon Valérie Plante
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Montréal présentera jeudi son budget pour l’année 2019, qui sera «pro-économie et pro-environnement», a assuré mercredi la mairesse Valérie Plante.

«Nous considérons que les deux ne vont pas en opposition, mais au contraire ils vont de pair, et il faut les encourage à marcher main dans la main», a-t-elle indiqué lors de la séance du comité exécutif.

La mairesse a souligné qu’elle avait très hâte de présenter ce nouveau budget qui ne sera pas de transition. Elle a promis plus tôt cette semaine que l’augmentation des taxes ne sera pas au-dessus du taux d’inflation.

«Ce budget va mettre de l’avant nos priorités. C’est un travail de longue haleine fait avec les élus, les arrondissements, notre nouveau directeur général, et les villes liées. C’est un travail en amont qui montre que c’était important pour nous d’arriver avec un processus de concertation, de dialogue et d’ouverture», a souligné Valérie Plante.

Les attentes de l’opposition

Le parti Ensemble Montréal a de son côté dévoilé mercredi ses attentes face à ce nouveau budget, souhaitant entre autres le paiement du compte de taxes soit étalé en au moins quatre versements au lieu de deux par année.

Le chef de l’opposition Lionel Perez s’attend aussi à ce que la hausse des taxes soit restreinte à 1 % en moyenne pour les immeubles résidentiels et non résidentiels. «Si on accumule l’augmentation de 3,3 % de l’année passée avec 1 % de cette année [...] ce qui fait une moyenne de 2,15 % sur deux ans», a-t-il indiqué, soutenant qu’il s’agissait d’une façon minimale de respecter la capacité de payer des contribuables.

Pour donner un répit aux commerçants, le parti veut pour les immeubles non résidentiels un taux de taxation moindre «pour la première tranche foncière de 500 000».

Les détails du programme de compensation financière pour les commerçants touchés par les chantiers sont d’ailleurs attendus demain. Le programme a été présenté en juin, mais ceux-ci n’ont pas encore accès à l’aide.

«On attend pas à voir juste une compensation, mais aussi une réduction du fardeau fiscal sur l’épaule des commerçants», a affirmé Alan DeSousa, porte-parole de l’opposition en matière de finances, qui demande aussi à ce que la Ville limite la croissance de ses dépenses.