/news/currentevents
Navigation

Délinquant pour du poivre dans le métro?

L’homme a complètement paralysé trois lignes en 2017

Coup d'oeil sur cet article

Un Montréalais qui a paralysé le métro en pleine heure de pointe en aspergeant du poivre de Cayenne dans un wagon risque maintenant de recevoir l’étiquette peu enviable de délinquant à contrôler.

« Tous les services d’urgence ont été mobilisés, il a provoqué l’arrêt de trois lignes de métro durant 29 minutes, les dommages ont été évalués à 23 200 $ », a expliqué la procureure Sylvie Lemieux lors du plaidoyer de culpabilité d’Émile Yombo au palais de justice de Montréal.

Yombo, 27 ans, avait causé toute une commotion à la station Berri-UQAM, le 19 juillet 2017, alors que les usagers se rendaient au travail. Yombo s’était alors disputé avec un homme et l’avait aspergé de répulsif à chien.

Pas fini...

La victime s’était réfugiée dans un wagon, mais Yombo l’avait suivie pour l’asperger à nouveau avant de fuir.

« Tous les passagers ont été incommodés, il y a eu un mouvement de masse des gens qui ont tenté de fuir », a relaté la Couronne.

La veille, Yombo avait aspergé de répulsif le serveur d’un café qui avait refusé de lui donner un verre rempli de glace pour qu’il puisse y verser de l’alcool.

Yombo avait été arrêté au métro Bonaventure, alors qu’il transportait cinq canettes de répulsif. Il a ensuite plaidé coupable de voies de fait et de possession illégale d’armes.

Mais compte tenu des nombreux antécédents de l’accusé, dont des menaces, des agressions armées et des vols qualifiés, la Couronne veut maintenant le faire déclarer délinquant à contrôler.

Cela signifierait qu’en plus de sa sentence, il sera surveillé pendant 10 ans après sa sortie du pénitencier.

Dans sa requête déposée il y a une dizaine de jours, la Couronne rappelle que le risque de récidive est élevé, et craint une escalade de violence lorsque Yombo sera remis en liberté.

Yombo, qui était défendu par Vicky Powell, était de retour à la cour jeudi pour apprendre que son avocate se retirait du dossier. Il reviendra à la cour à une date ultérieure pour la suite des procédures.

 

Sur le même sujet