/world/pacificasia
Navigation

Selon Washington, Pyongyang n’était «pas prêt» pour la rencontre reportée

Mike Pompeo
Photo AFP Mike Pompeo

Coup d'oeil sur cet article

L’ambassadrice des États-Unis à l’ONU Nikki Haley a indiqué jeudi que les Nord-Coréens «n’étaient pas prêts» pour la rencontre prévue cette semaine et reportée à la dernière minute entre le bras droit de Kim Jong Un et le secrétaire d’État américain Mike Pompeo.

Le chef de la diplomatie américaine devait rencontrer jeudi à New York Kim Yong Chol, l’un des plus hauts dirigeants nord-coréens, afin de poursuivre les négociations sur la dénucléarisation de la péninsule coréenne. Mais le rendez-vous a été reporté dans la nuit de mardi à mercredi, en pleine soirée électorale américaine, sans qu’aucune raison ne soit avancée.

«La Corée du Nord a dit qu’elle avait besoin d’ajourner» la rencontre, a déclaré à des journalistes Mme Haley depuis le siège des Nations unies. «Je ne crois pas qu’il y avait un problème majeur quelconque».

«Ils l’ont ajournée car ils n’étaient pas prêts», a poursuivi celle qui quittera à la fin de l’année ses fonctions à l’ONU. «Nous continuons à nous tenir prêts à discuter».

Interrogé la veille lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche, Donald Trump n’avait pas davantage expliqué les motifs de ce report.

«Nous la ferons un autre jour. Mais nous sommes très heureux de comment les choses se passent avec la Corée du Nord», avait-il assuré.

Mike Pompeo devait profiter de ce nouveau rendez-vous pour tenter d’arracher des progrès concrets dans le dossier épineux du désarmement nucléaire et préparer un nouveau sommet Trump-Kim.

Ce second tête-à-tête, après le premier, historique, en juin à Singapour, aura lieu «en début d’année prochaine», a promis le président américain.