/news/currentevents
Navigation

15 mois de prison pour avoir volé 20 000 $ dans la caisse électorale du ministre Jean-Yves Duclos

Denis Laverdière avait tenté de convaincre le juge d’éviter la prison

Denis Laverdière
Photo d'archives, Nicolas Saillant Denis Laverdière

Coup d'oeil sur cet article

Le fraudeur récidiviste qui a volé près de 20 000 $ dans la caisse électorale du ministre libéral Jean-Yves Duclos, alors qu’il agissait à titre d’agent officiel de sa campagne, n’a pas réussi à convaincre le juge de lui faire éviter la prison : l’homme de 56 ans a pris le chemin des cellules pour 15 mois.

Denis Laverdière, comptable de profession, avait été recruté par l’équipe de M. Duclos, lors des élections fédérales d’octobre 2015, pour s’occuper de la gestion de la caisse électorale.

Le quinquagénaire a ensuite profité de son statut pendant trois mois pour effectuer 26 retraits et voler 19 410 $ dans le compte bancaire ouvert pour la campagne.

Abus de confiance

«Ce faisant, il abuse de la confiance du candidat Duclos et des citoyens donateurs», a noté le juge Christian Boulet comme facteur aggravant.

«Les deniers dérobés provenaient de donateurs exerçant leur droit démocratique de contribuer à l’élection d’un candidat, en confiance dans le processus électoral [...], et qui risquent d’être désabusés par de tels comportements et de perdre confiance en nos institutions publiques», a-t-il affirmé.

Lors des représentations sur la peine, Laverdière, qui a plaidé coupable, avait justifié son crime en expliquant qu’il devait 10 000 $ à un taux mensuel de 12 % à des shylocks qui voulaient s’en prendre à lui.

«Le rôle de l’accusé est entier et central. [...] Ses gestes sont répétés, planifiés et prémédités et il aurait dû faire appel à la police au lieu de procéder comme il l’a fait», a dit le juge.

Récidive 25 ans plus tard

Laverdière a par ailleurs un important antécédent criminel en semblable matière. Il avait été condamné à deux ans moins un jour de prison en 1994 pour 24 chefs d’accusation, pour une fraude d’environ 175 000 $.

«La condamnation antérieure de l’accusé ne l’a pas empêché de récidiver. Elle est éloignée dans le temps, c’est vrai, [...] mais il s’agit d’un facteur aggravant», a souligné le magistrat.

Il a condamné le récidiviste à une peine de 15 mois de prison, qui sera suivie d’une probation de deux ans. Compte tenu d’un jugement de 15 000 $ rendu contre Laverdière aux petites créances après une reconnaissance de dette, le juge Boulet lui ordonne de rembourser 4400 $ dans un délai de deux ans, soit la balance de la somme totale volée.

L’accusé de 56 ans avait demandé au juge en août d’obtenir une peine qui lui permettrait de continuer à faire de la «tenue de livres» comptable et des «rapports d’impôt» à titre de travailleur autonome. Il avait exprimé des remords.

La Couronne avait suggéré une peine de trois ans de prison.