/finance/business
Navigation

Boralex creuse sa perte

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Le producteur d’énergie Boralex a doublé sa perte au troisième trimestre de son exercice financier.

L’entreprise montréalaise a dévoilé vendredi une perte nette attribuable aux actionnaires de 34 millions $ ou 43 cents par action de base diluée pour la période de trois mois close le 30 septembre dernier, comparativement à une perte nette de 17 millions $ ou 23 cents au trimestre correspondant en 2017.

Boralex a expliqué la perte par le «volume de production plus faible des sites existants, ainsi que par la hausse de 16 millions $ des frais d'amortissement, de 1 million $ des frais d'acquisition et de 3 millions $ des charges financières».

Sur la même période, la compagnie a déclaré des produits de la vente d'énergie de 79 millions $ en hausse de 6 % par rapport à la même période de 2017.

Le président et chef de la direction de Boralex, Patrick Lemaire, a indiqué que «Boralex demeure à pied d'œuvre pour poursuivre sur la voie de la croissance tout en intégrant les plus récentes acquisitions et en maximisant les synergies dans la gestion quotidienne des opérations».

L’entreprise assure avoir «récemment complété avec succès l'acquisition des participations d'Invenergy2 dans cinq sites éoliens au Canada ainsi que celle des sites de Kallista3 en France» et dit garder le cap sur sa stratégie «qui permettra de réaliser des économies d'échelle substantielles dans le futur».

Boralex compte mettre en service six nouveaux sites, au Canada et en France, pour un total de 97 MW d'ici la fin de l'année.

Le producteur d’énergie prévoit atteindre une puissance installée de près de 2065 MW à la fin de 2020.

Le conseil d'administration de la compagnie a déclaré un dividende trimestriel de 16,5 cents par action ordinaire, qui sera versé le 17 décembre aux actionnaires inscrits à la fermeture des bureaux le 30 novembre 2018.