/world/usa
Navigation

Le dernier message troublant du tireur de Californie

Le dernier message troublant du tireur de Californie
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Ian David Long, cet ancien militaire qui a ouvert le feu mercredi soir dans un bar bondé près de Los Angeles, tuant 12 personnes avant de se suicider, a laissé un dernier message sur sa page Facebook avant de passer à l’acte.

Celui qui a servi dans le Corps d’élite des Marines et a été déployé en Afghanistan pendant sept mois a commis ce carnage lors d'une soirée qui rassemblait plus d'une centaine de jeunes. 

Il était connu des services de police et de ses voisins pour être aux prises avec des troubles psychiques, rapporte CNN.

Dans sa publication Facebook, il a dénoncé les propos tenus dans la population après les tueries de masse survenues ces dernières années aux États-Unis.

«J’espère qu’ils me traiteront de fou, a-t-il écrit en ajoutant des émojis rieurs. [Les prières et les pensées] ça ne serait pas juste un gros paquet d'ironie?» demande-t-il également.

«Ouais... Je suis fou, mais la seule chose que vous faites après ces fusillades, c'est d’envoyer “des espoirs et des prières”... ou vous dites: "Je vous garde dans mes pensées"... chaque fois... et vous vous demandez pourquoi cela continue...»

Les autorités ont indiqué que le message très particulier avait été publié par Long, mais que ni son compte Facebook ni d’autres messages ne leur avaient été signalés auparavant.

Trouble de stress post-traumatique

Ian David Long était un «solitaire». Il a servi pendant cinq ans dans le Corps des Marines des États-Unis en tant que mitrailleur et souffrait peut-être d'un trouble de stress post-traumatique, ont déclaré jeudi des responsables et un ancien camarade du tireur.

En avril, les adjoints du shérif du comté de Ventura s'étaient rendus chez l’homme de 28 ans en difficulté, qui vivait chez sa mère à Newbury Park, en Californie. «Il était irrité et agissait de manière irrationnelle», a déclaré le shérif Geoff Dean lors d’une conférence de presse.

Le militaire qui portait de nombreux tatouages a été évalué par des professionnels de la santé mentale. Cependant, ceux-ci avaient conclu qu’il n’avait pas besoin de soins psychiatriques d’urgence temporaires.

«Je comprends que cela faisait partie de la discussion. Ils ont estimé qu'il souffrait peut-être d’un trouble de stress post-traumatique parce qu'il était un ancien combattant», a déclaré le shérif Dean.

Le motif de la fusillade de Thousand Oaks n'a pas encore été déterminé.

«De toute évidence, il avait dans sa tête quelque chose qui le pousserait à faire quelque chose comme ça», a déclaré le shérif Dean. «Il avait certains problèmes.»