/misc
Navigation

Amitiés éternelles...même au-delà de la mort!

Bernard Landry et Jean-Yves Duthel
Bernard Landry (à gauche) et Jean-Yves Duthel (à droite), en 1981

Coup d'oeil sur cet article

Depuis trois mois, au rythme de trois soirs – et parfois plus – par semaine, je m’engageais sur la route de Montréal à Verchères.

Je la connais, cette route qui, après Varennes, longe le fleuve qu’il aimait tant. Elle mène à cette maison historique, avec ce mât arborant avec fierté le fleurdelisé, que Bernard et Lorraine, sa première compagne, avaient envahie dans les années 90, et que Chantal, magnifique épousée, avait enrichie de sa présence folle et aimante quelques années après.

Et, lundi dernier, mon angoisse a franchi le mur du son ! Mon ami, mon mentor, mon héros savait probablement que c’était la dernière fois que je le voyais. L’amour qui habitait cette chambre est indescriptible. Son souffle s’est envolé vers l’inconnu dans l’atmosphère d’un amour conjugal digne d’une épopée médiévale.

Lanceur d’alertes

Il nous a quittés. D’abord celles et ceux qui l’aimaient, par nature allais-je dire. Chantal, bien sûr, mais aussi ses enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants ; ses amis qui, tout au long de sa vie, l’avaient côtoyé et tellement apprécié. Ensuite, c’est le Québec qui l’a perdu ! Comme on perd un proche, un partenaire, un gardien aimant, un « lanceur d’alertes ». Car il l’était !

Ses alertes ont des noms et des réalisations : Bâtir le Québec, vision si prémonitoire d’un changement de monde et du monde. Le Virage technologique, véritable pari sur l’intelligence virtuelle qui pointait son nez... et nous étions en 1984 !!

La bataille du libre-échange, porte ouverte pour le Québec sur une richesse nouvelle qui allait nous hisser au rang des meilleurs : c’est lui qui, presque seul alors, l’avait entreprise, convainquant son peuple de s’y lancer sans hésitation. Et, plus tard encore, les cités du multimédia, de l’électronique, des studios de tournages, des échanges internationaux productifs.

Il a, en 2001, atteint le sommet de son engagement officiel : premier ministre de ce Québec tant aimé, tant porté comme une oriflamme, tant poussé vers l’avant pour cette génération de jeunes femmes et hommes qui, aujourd’hui, portent nos fleurons. Il était aussi, et cela est moins su, l’homme qui aimait la culture et ne l’arborait pas seulement en écusson dans ses discours, mais y allait de soutiens sonnants et trébuchants.

Digne de cet homme

Depuis quatre jours, l’immense vague de reconnaissance qui a envahi la sphère publique est digne de cet homme. Son humilité en souffrirait probablement s’il pouvait la sentir. Peut-être la ressent-il, d’ailleurs ?

L’Histoire ne s’y trompera pas : il a marqué notre peuple. Sans amertume envers ses compatriotes, il a aussi su encaisser l’avortement, deux fois répété, du pays à naître.

Il était un véritable moine-soldat de nos aspirations et ses bâtons de pèlerin ne peuvent même plus se compter.

Pourtant, sa confiance inextinguible dans les capacités du Québec, son analyse de l’histoire humaine qui doit mener à la liberté de tous les peuples ne l’avaient pas abandonné à travers les vicissitudes de notre époque.

Sa vision de la nation québécoise était inclusive et il aimait à dire : « Tout le monde ne peut être né à l’île d’Orléans, mais celui qui le veut peut naître au nouveau pays du Québec. »

Ainsi que, Bernard Landry, tu me l’as dit lundi dernier alors que je te voyais pour l’ultime fois, je veux transmettre ton salut à tous tes compatriotes : « Amitiés éternelles, même au-delà de la mort. »

Jean-Yves Duthel, collaborateur et ami de Bernard Landry depuis 40 ans, est en cours de rédaction de la biographie autorisée de l’ancien premier ministre du Québec