/news/politics
Navigation

Des courriels reviennent hanter Geneviève Guilbault

Des courriels reviennent hanter Geneviève Guilbault
Photo d'archives, Jean-François Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

La vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault a dû s’expliquer vendredi après la publication de courriels «malhabiles» où elle peut paraître «insensible».

Dans ces échanges, qui datent de l’époque où elle était porte-parole du Bureau du coroner, Mme Guilbault s'exprime sur le cas d’Éloise Dupuis, une témoin de Jéhovah décédée lors de son accouchement après avoir refusé une transfusion sanguine. L’enfant avait été sauvé grâce à une césarienne, mais des questions avaient été soulevées sur le plein consentement de la jeune femme compte tenu de possibles pressions de son entourage.

Dans ce courriel, Geneviève Guilbault, alors porte-parole du Bureau du coroner, semble se réjouir pour une collègue qui a pris congé moins de 48 heures après la tuerie de la mosquée de Québec.
Capture d'écran
Dans ce courriel, Geneviève Guilbault, alors porte-parole du Bureau du coroner, semble se réjouir pour une collègue qui a pris congé moins de 48 heures après la tuerie de la mosquée de Québec.

«J’en reviens pas qu’on se mêle de ça, c’est pourtant une simple – quoique excessivement choquante – manifestation des dérives de nos sacro-saintes chartes, qui placent les libertés individuelles devant le bien-être collectif», écrit-elle dans une série de courriels diffusés dans le cadre d’une réponse à une demande d’accès mise en ligne sur le site web du Bureau du coroner.

«En tous cas, espérons que notre communiqué fasse diversion un minimum», ajoute-t-elle dans ce courriel écrit cinq jours après le décès de la jeune femme.

Mme Guilbault s’exprime sur le cas d’une témoin de Jéhovah décédée après avoir refusé une transfusion sanguine en accouchant.
Capture d'écran
Mme Guilbault s’exprime sur le cas d’une témoin de Jéhovah décédée après avoir refusé une transfusion sanguine en accouchant.

Hors contexte

En entrevue avec notre Bureau parlementaire, Geneviève Guilbault souligne qu’il s’agit de courriels envoyés «entre collègues» pris «hors contexte». «C'est un courriel qui a été écrit un peu sous le coup de l’émotion, dit-elle. Ou du moins un courriel qui rendait compte du fait que, comme plusieurs, j’avais été choquée. C’était fâchant, attristant, cette histoire-là.»

La vice-première ministre du gouvernement Legault martèle toutefois son appui aux Chartes des droits et libertés du Québec et du Canada et affirme que Mme Dupuis était dans «son droit» de refuser la transfusion. «On peut à la fois respecter l’existence des chartes et les libertés qu’elles consacrent, tout en étant attristée parfois du dénouement de certaines situations, insiste-t-elle. Encore aujourd’hui, je suis mère de famille maintenant aussi, je trouve encore triste l’issue de cette histoire-là. Mais est-ce qu’on doit remettre en question l’existence des chartes ? La réponse est non.»

Le «bien-être collectif» auquel elle fait référence dans le courriel est «le consensus collectif à l’effet qu’il est choquant de constater que ces libertés-là, qu’on ne remet pas en question, peuvent conduire à des situations aussi choquantes et attristantes que le décès de cette jeune femme et, du même coup, un enfant qui est orphelin».

Tuerie à la mosquée

Mme Guilbault s’est également expliquée sur deux autres courriels liés à la tuerie à la grande mosquée de Québec en janvier 2017. Dans le premier, elle semble heureuse pour une collègue qui a pris congé et est ainsi «débarrassée de la tuerie !».

Le second affirme seulement «Pour bien commencer la journée» avec un lien vers un texte sur des réfugiés syriens qui souhaitent quitter la ville de Québec en raison de l’attentat. Mme Guilbault affirme qu’il s’agissait de «sarcasme mal placé» qui visait à souligner que le destinataire aurait une grosse journée.

De façon générale, le ton des courriels, dit-elle, visait à «dédramatiser» certaines situations difficiles. Ceux-ci «peuvent paraître malhabiles de l’extérieur, mais on était confrontés jour après jour à des situations dramatiques», affirme Mme Guilbault.