/world/opinion/columnists
Navigation

La paix, la bonne conscience et le fric

La paix, la bonne conscience et le fric
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Plusieurs des grands dirigeants du monde sont en France pour célébrer le 100e anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale. Emmanuel Macron profite du moment pour lancer à Paris un Forum sur la Paix.

Bien que l’initiative soit louable, le Forum apparaît déjà comme un gigantesque fourre-tout. Aucune discussion officielle n’est prévue sur les causes profondes des guerres. Au lieu de cela, les participants seront invités à se pencher sur toutes sortes de sujets à la mode. Mais c’est sans importance : il y a beaucoup d’argent à dépenser dans cette industrie des organismes qui œuvrent pour la paix. Il y a aussi beaucoup de bonnes consciences à acheter. Heureusement, ici et là, quelques initiatives pourraient être vraiment bénéfiques.

1. Comment fonctionne le Forum sur la paix ?

Le Forum est calqué sur le COP21, cette grande réunion internationale sur l’environnement. 84 pays y participent. Les organisateurs de l’événement ont sélectionné 120 projets pour la paix sur les 850 qui leur ont été soumis. À la fin, les 10 meilleurs projets seront retenus. Les participants sont invités à des présentations, à des discussions en compagnie d’experts ou à des ateliers de réflexion. L’objectif étant de générer de nouvelles idées en mettant en contact des décideurs politiques, des chefs d’entreprises, des chercheurs, des représentants de syndicats, des responsables d’ONG, etc.

2. À quoi ressemblent les 120 projets retenus ?

Ces projets ressemblent à un gigantesque souk pour ONG. On y trouve des projets irréalistes, tels que la constitution d’un parlement mondial ou l’avènement d’un monde sans armes nucléaires. Certains projets sont plutôt farfelus ou sans grand rapport avec la paix mondiale, comme le projet de paix grâce à l’enseignement du taekwondo ou celui de la construction d’une base permanente sur la Lune ou encore celui d’un monde sans tabac. D’autres sont des reformulations de politiques nationales. Par exemple, un atelier propose de montrer comment les nouvelles routes de la soie chinoises vont améliorer la paix mondiale... À travers ce bric-à-brac, se trouvent des projets plus sérieux, comme celui de la transformation des ordures en charbon (ce qui ne fera pas plaisir aux environnementalistes).

3. Quelles questions aurait-il fallu aborder ?

On aurait pu, par exemple, réfléchir aux liens entre les dictatures et les démocraties ainsi qu’à la manière de renforcer la solidarité des démocraties face aux régimes dictatoriaux. Mais il est vrai que plusieurs dictatures ont été invitées à ce forum. Il aurait aussi été possible de se demander comment lutter contre le fondamentalisme religieux. Mais, oups, les représentants des grandes religions font aussi partie de la liste d’invités. Peut-être un atelier sur la manière de lutter contre les paradis fiscaux ? Ah ! oui, mais de grandes multinationales sont des partenaires de ce forum pour la paix. Vous ne trouverez pas non plus d’atelier sur la limitation des ventes d’armes à certains pays, ni sur les investissements immobiliers anarchiques, ni sur les liens entre la corruption et la mauvaise répartition de la richesse.

4. Pourquoi le président américain n’y participe-t-il pas ?

Un des objectifs officiels du Forum est de renforcer le multilatéralisme. Or, le multilatéralisme s’oppose à la nouvelle politique américaine qui est de renforcer le bilatéralisme.

5. Finalement, à quoi servira ce forum ?

À glorifier la diplomatie d’Emmanuel Macron, à soulager la conscience de quelques pays, à subventionner l’industrie de la paix, et peut-être, finalement, à faire avancer quelques vrais projets.