/news/currentevents
Navigation

Un père est accusé d’avoir voulu tuer ses deux enfants

Le beau-père du forcené a pris une balle pour protéger le plus vieux de ses petits-fils

kirkland
Photo Antoine Lacroix Après avoir fait feu en direction de ses deux garçons, l’homme de 36 ans s’est barricadé dans sa résidence, forçant le déploiement du Groupe tactique d’intervention du Sercive de police de la Ville de Montréal pour l’arrêter. Plusieurs armes à feu ont été trouvées dans la maison. 

Coup d'oeil sur cet article

Le père qui a tiré en direction de son garçon de 5 ans vendredi dans l’ouest de l’île de Montréal tentait de tuer ses deux enfants. Mais son beau-père s’est interposé, prenant une balle à la place de l’un d’eux.

L’homme de 36 ans, que l’on ne peut nommer en raison d’une ordonnance du tribunal pour protéger l’identité des enfants, fait face à six chefs d’accusation.

Il est entre autres accusé de tentatives de meurtre sur ses garçons, âgés de 3 et 5 ans.

Vendredi, vers 19 h, le père serait entré dans sa résidence d’un quartier cossu de Kirkland en tenant des propos incohérents.

Il serait ensuite allé récupérer une arme de poing de calibre 9 mm dans une pièce de la demeure avant de faire feu en direction de son aîné.

L’enfant a été atteint d’un projectile au flanc, mais ne devrait pas conserver de séquelles physiques.

Le grand-père de 69 ans a alors voulu désarmer son gendre.

Il a été blessé au pied par une balle en protégeant le plus jeune de ses petits-fils.

Les occupants de la maison se sont rués à l’extérieur où ils ont été retrouvés par les premiers répondants.

L’accusé s’est rendu aux policiers après s’être barricadé à l’intérieur de la résidence pendant plus d’une heure.

Plusieurs fusils

Les policiers ont retrouvé plusieurs armes à feu dans la résidence, d’après nos informations.

Le drame a secoué le paisible quartier où la famille demeure depuis plus de cinq ans.

Surtout qu’à l’exception des proches de l’individu, peu de gens connaissaient sa passion pour les armes à feu.

« Je ne me rappelle pas qu’il ait déjà parlé d’être allé dans un club de tir. Je ne savais même pas qu’il avait un fusil », soutient un voisin immédiat qui affirme bien les connaître.

Au printemps dernier, l’accusé aurait même tenté d’échanger un Glock 9 mm qui lui appartenait pour un Beretta de calibre similaire sur un site spécialisé.

« C’est immensément triste. C’est une famille brisée au complet, note une amie du couple. C’est tellement bouleversant, ils avaient l’air tellement parfaits. »

Personne au sein de l’entourage des gens impliqués dans cette histoire ne souhaitait être identifié, même si tout le monde n’avait que de bons mots pour décrire le père, qui semblait mener une vie rangée.

Désorganisation

L’homme n’a pas d’antécédents criminels et demeurait dans la résidence avec sa femme, ses deux enfants ainsi que ses beaux-parents.

La juge Karine Giguère lui a d’ailleurs imposé une ordonnance de non-communication avec ceux-ci lors de sa brève comparution vidéo, samedi.

Il est aussi accusé d’avoir utilisé une arme à feu pour commettre des voies de fait graves et de voies de fait sur son beau-père et sur son fils aîné.

Le trentenaire est demeuré hospitalisé après son arrestation, en raison de son état de désorganisation, jusqu’en milieu d’avant-midi samedi avant d’être emmené en détention.


►Toujours détenu, il doit également rencontrer un criminologue d’urgence psychosociale d’ici son retour en cour, lundi.