/news/currentevents
Navigation

Un troll est arrêté pour ses propos menaçants

L’homme a incité des gens à battre des antifascistes

Coup d'oeil sur cet article

Un sympathisant actif de l’extrême droite québécoise devra répondre devant les tribunaux de ses propos sur les réseaux sociaux incitant à battre des antifascistes.

Pierre Dion, un homme de 49 ans de Terrebonne, a été arrêté vendredi par les policiers de la Sûreté du Québec (SQ) pour ses propos menaçants.

Il fait face à une accusation d’incitation à commettre des actes criminels en lien avec une publication faite sur Facebook, il y a quelques jours, et qui a été signalée au corps policier.

La SQ n’a pas souhaité confirmer l’identité de l’individu arrêté, mais un compte associé à Dion, soit « Peter Dionn », a publié un message en lien avec l’arrestation.

Le quadragénaire utilise de nombreux pseudonymes pour diffuser des messages anti-immigration et s’en prend régulièrement aux militants antifascistes qui le dénoncent.

Bâton de baseball

Il était d’ailleurs « en vedette » dans le documentaire Troller les trolls d’Hugo Latulippe, présenté dernièrement à Télé-Québec.

« C’est ça qu’il faut faire avec cette gang de rapaces là [les antifascistes], les battre à coup de bâton de baseball », avait-il dit à l’animatrice Pénélope McQuade lorsqu’elle s’était confrontée à lui.

Dans ses nombreux messages, il fait l’apologie du président américain Donald Trump et il insulte le premier ministre canadien, Justin Trudeau.

Antécédents judiciaires

Les femmes voilées sont aussi une de ses cibles de prédilection, a pu constater Le Journal.

« Tout propos haineux ou menaçant sur internet peut entraîner une enquête, mentionne le lieutenant Hugo Fournier. Notre équipe en cybercriminalité peut repérer les gens et les arrêter. »

Le policier rappelle qu’il est important de signaler les propos menaçants aux autorités.

En juillet dernier, Dion a aussi été accusé de harcèlement criminel et de voies de fait, et il a de nombreux antécédents judiciaires.

Il a été libéré sous promesse de comparaître en février.


► On peut signaler en tout temps des propos haineux ou menaçants, de façon confidentielle, à la Centrale de l’information criminelle au 1 800 659-4264.