/finance/stockx
Navigation

La québécoise Lightspeed met la table pour son entrée en Bourse

L’entreprise de 600 employées fondée en 2005 a pu compter sur des fonds publics au fil des ans

Coup d'oeil sur cet article

La plateforme québécoise de vente numérique Lightspeed met la table pour son entrée en Bourse l’an prochain en recrutant d’ex-dirigeants vedettes de Google et d’Amazon au sein de son conseil d’administration.

Joint par Le Journal, le directeur des relations publiques, Bradley Grill, a vanté ces nominations, mais est resté avare de détails sur l’introduction de Lightspeed en Bourse.

« Pour l’instant, on n’a aucun commentaire sur notre entrée en Bourse. On a toujours été ouverts. Ce n’est pas un secret, mais je n’ai aucun détail », s’est-il limité à dire.

Lundi, la plateforme d’outils de gestion de vente de 600 employés a annoncé avoir réussi à attirer dans ses rangs des administrateurs-vedettes des plus grandes sociétés technos.

Joueurs vedettes

Ligthspeed a recruté deux anciens hauts dirigeants de Google, soit l’ex-chef de la direction financière de la multinationale, Patrick Pichette, et l’ex-directrice générale de Google Québec, Marie-Josée Lamothe.

« Depuis Twitter, c’est le premier conseil d’administration sur lequel siège Patrick Pichette », s’est réjoui Bradley Grill, fier de sa nouvelle recrue.

Patrick Pichette a œuvré à la création de la maison mère de Google, Alphabet. Il y a piloté des acquisitions par centaines. Lundi, il s’est dit heureux de travailler pour une compagnie d’ici, qui compte plus de 50 000 clients dans une bonne centaine de pays.

« Étant originaire de Montréal, je suis fier de rejoindre Lightspeed, une entreprise technologique canadienne qui nous fait rayonner à travers le monde », a-t-il dit par communiqué.

Argent public

Fondée en 2005, Lightspeed a marqué l’histoire l’an dernier en amassant plus de 207 millions $, dont 170 millions $ de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), d’Investissement Québec (IQ), iNovia Capital et la Silicon Valley Bank.

À lui seul, IQ a octroyé un financement de 46,3 millions $ à Lightspeed à ce jour.

Investissement Québec préfère cependant attendre avant de se prononcer sur son entrée en Bourse. « Il nous fera plaisir de commenter lorsque l’entreprise confirmera ses intentions », a déclaré par courriel sa porte-parole, Isabelle Fontaine.