/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Le Pacte et les enfants gâtés

Juste pour rire
Photo d'archives, Chantal Poirier Anaïs Favron

Coup d'oeil sur cet article

Bon, on a fait de la peine aux artistes. On a osé critiquer leur Pacte pour la transition, et ils se sont roulés en boule dans le coin du salon.

On n’a pas applaudi à deux mains à leur engagement pour l’environnement, on a émis des réserves, des bémols, bref on a débattu et ça les a offensés. Pour paraphraser Ovide Plouffe : « Y’a pas de place, nulle part, pour les signataires du pacte du monde entier ! »

URGENCE D’AGIR

C’est fou la quantité de niaiseries qui se lit et qui se dit depuis cinq jours au sujet du Pacte. Ça tourne beaucoup autour de « Si vous ne signez pas le pacte, c’est que vous êtes climatosceptiques, que vous n’avez pas l’environnement à cœur, que vous favorisez l’inconscience collective ».

C’est bien la preuve qu’il est impossible de débattre au Québec.

Si tu n’es pas en faveur de la parité hommes-femmes dans les festivals de musique, tu es sexiste, misogyne. Si tu as des réserves face au multiculturalisme, tu es un sale xénophobe, raciste.

Désolé, mais on peut très bien être à la fois POUR la cause environnementale et CONTRE un pacte proposé par des vedettes qui en font un spectacle de charité.

On a aussi beaucoup entendu : « Arrêtez de reprocher aux signataires du Pacte d’être des riches avec des grosses maisons, plein d’artistes en arrachent au Québec. » S’cusez, les amis, mais si tu demandes à des adeptes de la simplicité volontaire comme Guy Laliberté, Guy A. Lepage, Dominic Champagne, Charles Lafortune, Véronique Cloutier de signer un document, il y a des chances que tu te fasses traiter de « privilégiés ».

L’autre argument qu’on a lu ou entendu, c’est : « Les gens qui critiquent le Pacte n’ont même pas lu le Pacte. » Ce à quoi je réponds : « Plein d’artistes qui disent avoir signé le pacte ne l’ont manifestement pas lu ou pas très bien compris. »

Jean-François Breau a fait une vidéo (dans son auto) pour nous dire : « On est bombardés de vidéos et de nouvelles, qui sont crédibles ou pas crédibles, mais plus crédibles les uns que les autres. Des nouvelles qui nous montrent les impacts environnementals (sic) qui se passent en ce moment. [...] On a deux ans pour changer les choses avant de faire des dommages qu’on sait pas c’est quoi les conséquences après mais on commence à avoir une petite idée, parce que les 6000 scientifiques alentour de la planète sonnent la grosse cloche. On peut plus renier ça ».

À la radio, il a renchéri : « On a 15 ans pour agir et ça va se passer pendant les deux prochaines années. » Sans commentaire.

ARTISTES ENGAGÉS

Au moins, on a aussi eu droit à quelques sorties (pas beaucoup) d’artistes signataires du Pacte dotés d’un sens de l’humour. Comme Anaïs Favron qui a eu cette citation savoureuse sur Twitter : « À tous ceux qui sont tentés de m’écrire pour me dire que la voiture électrique c’est pas écolo et que consommer moins ne va rien changer, je vous invite à vous masturber ! Une activité gratuite, presque pas polluante, qui devrait vous calmer. »

Le pacte, le pacte, c’est pas une raison pour se faire du mal...