/investigations
Navigation

[VIDÉO] Un ex-néonazi québécois battait des Noirs et des homosexuels: il raconte son parcours à la caméra

Coup d'oeil sur cet article

Un ex-néonazi québécois de 53 ans récemment sorti de prison avoue avoir battu des Noirs et des homosexuels uniquement parce qu’il avait des préjugés envers eux.

Les victimes n’avaient absolument rien à se reprocher, sinon d’avoir eu le malheur de croiser la route de Pierre et sa gang de skinheads racistes.

« Ils ont été battus pour une seule et unique raison, parce qu’ils étaient noirs », admet, encore rongé de remords, le Montréalais, qui a accepté de revisiter d’obscurs pans de son ancienne vie lors d’une entrevue exclusive avec l’équipe numérique de notre Bureau d’enquête.

C’était alors le début des années 1990, et de petites cellules d’extrême droite semaient la terreur à Montréal. Un reportage de La Presse en 1993 avait même recensé les pires événements de l’année attribués aux mouvements suprémacistes : meurtre d’un homme homosexuel, attaques contre les minorités visibles, graffitis nazis et profanation de synagogues.

Bien qu’il dise ne pas être au courant de meurtres, Pierre – qui a demandé qu’on s’en tienne à son prénom – a de vifs souvenirs de cette époque. Avec ses chums aux crânes rasés et aux habits ornés de sigles hitlériens, il carburait à la terreur.

Un mode de vie qui l’a mené en prison, où, après des décennies de détention, l’homme de 53 ans se dit réhabilité et tenaillé par d’immenses regrets.

En se confiant, il souhaite que son récit serve de mise en garde à quiconque serait tenté de laisser ses préjugés dicter sa vie.

Pierre raconte qu’il n’avait aucune allégeance raciste. Se liant d’amitié avec un skin, il s’est plongé dans l’idéologie néonazie. « C’était des jeunes rock and roll qui voulaient brasser, qui voulaient s’identifier à une race pure » dit-il.

Terrain de chasse

Dans cet univers radical, la violence est un passage obligé. « La première fois que j’ai frappé un homme noir, c’était un gars de mon âge, et je ne comprenais pas pourquoi je faisais ça. Aujourd’hui, ce que je comprends, c’est que je l’ai fait pour me faire accepter par ceux que je considérais [comme] mes frères. »

Le groupe passait aussi beaucoup de temps à arpenter le Village, un quartier considéré comme un terrain de chasse. « On courait après les homosexuels. Pour nous, ils affaiblissaient notre race, donc on les punissait par la violence. »

Plus tard, Pierre se retrouve en prison, pour un vol et non pour ses crimes haineux.

Au contact d’autres détenus, et après avoir été pris à partie à cause de ses convictions, il se défait de ses idéologies racistes, un processus qui atteint son apogée lors du séisme de 2010 en Haïti. Les images du cataclysme, qui a fait 300 000 morts et autant de blessés, le marquent profondément.

Libéré depuis mai dernier, Pierre collabore maintenant avec le Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence. Son parcours est d’ailleurs mis en scène dans le court métrage J’avais tort réalisé par un groupe de cégépiens en collaboration avec le Centre.