/entertainment
Navigation

Les ennuis de santé mentale, on en parle!

Coup d'oeil sur cet article

Briser les tabous entourant la maladie mentale, c'est ce que font des artistes québécois depuis plusieurs années. Confrontés à des épisodes de grande angoisse, de sérieuse dépression ou à un diagnostic de bipolarité, ils ont accepté de revenir sur des épisodes douloureux.

Stefie Shock – Troubles anxieux

Photo Dario Ayala

Il y a une dizaine d’années, Stefie Shock a révélé être aux prises avec de sérieux problèmes d’anxiété. De plus en plus connu grâce à sa musique, le chanteur a décidé de parler de ses problèmes afin de venir en aide aux autres. Il a poussé la démarche plus loin en devenant le porte-parole officiel de Revivre, une association québécoise à l’écoute des gens atteints de troubles anxieux, dépression ou bipolarité. L’auteur-compositeur-interprète a souffert de graves angoisses dès le début de la vingtaine, comme son père, dont il parle dans la chanson «Panicomanie». La médication et les rencontres avec un psychologue sont venues à son secours.

Véronique Bannon – Dépression

Photo Sébastien St-Jean

La comédienne qui a prêté ses traits à Martine Frigon pour «Watatatow» et Karine Constantin dans «Virginie» en a parcouru du chemin. Prisonnière d’une profonde dépression, Véronique Bannon a tenté de s’enlever la vie en 2010. Son petit garçon, Milan, était alors âgé de deux ans. En 2013, après une thérapie qu’elle a qualifiée de «difficile», elle a décidé de se rappeler ce sombre épisode devant Marie-Claude Barrette, sur le plateau de «Simplement vedette». Dans une vidéo émouvante publiée sur YouTube en 2017, elle a encore parlé de son «cancer de l’âme» et de ses rechutes, appelant les gens à ne pas juger.

Florence K – Bipolarité

Photo Dario Ayala

Psychoses et hospitalisation. Voilà les sérieuses conséquences de l’«épisode dépressif majeur» que la chanteuse Florence K dit avoir vécu en 2011. Aujourd’hui consciente qu’elle souffre de bipolarité type II, l’artiste reconnaît la chance qu’elle a d’être bien entourée. Par contre, elle sait que pour certains, les choses sont différentes. Le mois dernier, sur Instagram, elle a donc écrit et lancé un message clair concernant les troubles mentaux: «Il faut briser l’isolement, il faut rendre accessible les soins de thérapie à tous...» Elle revient aussi sur ces temps difficiles dans son livre «Buena Vida» paru en 2015, un ouvrage porteur d’espoir.

Laurence Jalbert – Dépression

Photo DARIO AYALA

Les spectacles de Laurence Jalbert lui ont sauvé la vie. C’est du moins ce qu’elle a révélé à Marie-Claude Barrette pour son émission «Simplement vedette» en 2013, une épreuve qu’elle a également abordée en 2015, lors de la sortie de sa biographie «À la vie, à la mer». En pleine noirceur pendant des mois, la chanteuse a cru un moment que mettre fin à ses jours était le seul remède pouvant venir à bout de sa souffrance. Mais elle s’est accrochée à sa passion: monter sur scène et chanter. Si, en 2010, tout aurait pu basculer pour l’artiste, elle a trouvé l’aide nécessaire à sa survie.

Michel Courtemanche - Bipolarité

Photo MARIO BEAUREGARD

Dans sa biographie «Face à Faces» lancée en octobre, l'humoriste au visage élastique a eu le courage d'affronter ses démons, de revenir sur des moments sombres de sa vie et de nommer la maladie qui l'afflige: la bipolarité. Descendu de scène depuis maintenant 20 ans, Michel Courtemanche a été traumatisé par cette soirée de juillet 1997 où il n'a pas su improviser devant le public de Juste pour rire. Depuis le tout début des années 2000, adieu drogue et plus aucune goutte d'alcool. Et sa maladie, il la gère du mieux qu'il peut.

Marie-Claude Savard – Dépression

Photo Sébastien St-Jean

L'adolescence de Marie-Claude Savard n'a pas été de tout repos. Jusqu'à l'âge adulte, elle a dû composer avec la dépression sans pour autant avoir reçu un diagnostic à propos de ses ennuis de santé. Durant cette même période, la chroniqueuse, animatrice et auteure a tenté de s'enlever la vie à deux reprises. Heureusement, les médicaments et une nouvelle approche ont changé les choses. Aujourd'hui, la mère de deux enfants – une femme active qui aime le yoga – n'a pas honte de revenir sur ces difficiles moments. Plutôt que pour guérir, elle en parle maintenant pour prévenir.

André Sauvé – Anxiété chronique

Photo MARIO BEAUREGARD

Ovni débarqué sur la scène du Festival Juste pour rire en 2005, André Sauvé est le roi des humoristes quand il faut se questionner et s’attaquer aux grands mystères de la vie. Or, bien que son aisance devant public ne fasse aucun doute, il n’a pas toujours été aussi confiant loin des projecteurs. Avouant souffrir d’anxiété chronique, l’artiste a eu besoin de plusieurs mois d’introspection et de vaincre une longue dépression pour devenir celui qu’il voulait être. Au tournant de ses 40 ans, il a donc changé de vie. Avec tout ce travail, André Sauvé est aujourd’hui reconnu comme drôle d’anxieux.

Isabelle Boulay– Dépression

Photo PIerre-Paul Poulin

Pour Isabelle Boulay, la dépression nerveuse qu'elle a vécue à 19 ans a été «l'enfer de l'obscurité». Comme elle l'a si bien dit sur la chaîne télé du «Figaro» en 2014, tout le soutien des gens autour d'elle a été primordial. «Je m'en suis sortie, mais il a fallu beaucoup d'amour autour de moi. Quand on est allé là-dedans, on a ensuite beaucoup de compassion pour les autres et on n'a pas envie d'y retourner, même si on reste toujours fragile.» Ne cachant pas cet épisode, la chanteuse en parlé avec lucidité et sincérité.

Michel Mpambara – Bipolarité

Photo MARTIN ALARIE

Un prix Félix, un spectacle très populaire et des débuts au cinéma; le parcours de Michel Mpambara s'annonçait fort bien au début des années 2000. Or, les choses ont pris une triste tournure quand, après une rupture amoureuse et un jeûne contre la guerre, il a lancé un appel à la bombe avant d'être soigné à l'hôpital St-Luc où on lui a appris qu'il souffrait de troubles bipolaires. Adepte du yoga pour son bien-être psychologique, il a décidé de donner des conférences pour partager la douleur qu'il a vécue – avec humour – et encourager les autres à en parler.