/news/health
Navigation

Pénurie de vaccins pour voyageurs

N’attendez pas pour vous faire vacciner, car il se pourrait qu’il soit trop tard, disent des infirmières

caroline parisé vaccin penurie hepatite A B
Photo Vincent Larin Infirmière à la clinique Passeport Health, au centre-ville de Montréal, Caroline Parisé s’inquiète de la pénurie de vaccins contre l’hépatite A et B qui a cours en ce moment, et invite les voyageurs à prévoir leurs voyages.

Coup d'oeil sur cet article

À la veille de la saison froide où de nombreux Québécois comptent s’envoler vers des destinations exotiques, la province connaît une de ses plus graves pénuries de vaccin contre l’hépatite A et B.

Des cliniques contactées par Le Journal indiquent encore disposer pour le moment d’un bon stock de vaccins contre l’hépatite A, alors que les doses de vaccins contre l’hépatite B se font plus rares.

« [Une pénurie] de cette ampleur, je n’en ai jamais vu en 35 ans de carrière », souligne l’infirmière et directrice de la clinique Santé-Voyages de Montréal, Linda Forest.

Même si l’industrie privée des vaccins connaît des pénuries de vaccins de façon récurrente depuis deux ans, celle-ci est plus grave, estime-t-elle.

Ces deux virus de l’hépatite sont présents dans de nombreuses destinations ensoleillées appréciées des Québécois, dont plusieurs pays de l’Amérique centrale.

Sans protection

« On arrive à gérer la situation, mais le conseil qu’on donne toujours aux gens c’est de ne pas tarder, car on ne sait jamais si on va avoir [des doses], ou on n’en aura pas », explique Mme Forest, qui se garde toutefois d’être alarmiste.

La clé, selon elle, est de prévoir ses déplacements et les vaccins nécessaires.

Cette pénurie pourrait toutefois obliger des voyageurs à quitter le pays sans toutes les protections nécessaires, estime Daniela Mora, directrice des opérations cliniques pour la chaîne Passeport Health.

« On a souvent une deuxième option qu’on peut offrir si on n’a pas le vaccin, mais on peut aussi donner des conseils aux voyageurs pour se prémunir contre ces virus », indique-t-elle.

« L’hépatite A se contracte par [le biais] des aliments, alors que la B se transmet par des contacts biologiques. Donc à moins d’avoir des comportements à risque, le risque de contracter l’hépatite B est assez faible pour la plupart des gens », explique Mme Forest.

Elle conseille d’ailleurs aux gens qui n’ont pas reçu le vaccin contre l’hépatite B d’éviter les contacts sexuels, les pédicures, les manucures et les tatouages.

Certains problèmes dans la chaîne d’approvisionnement des compagnies pharmaceutiques peuvent expliquer la situation présentement, selon Mme Mora.

Multiples raisons

Deux des trois compagnies qui produisent et distribuent les vaccins contre l’hépatite A et B, Sanofi, et GSK, n’ont pas rappelé Le Journal.

De son côté, la compagnie pharmaceutique Merck, qui produit des vaccins contre l’hépatite A et B explique la pénurie canadienne par un contexte mondial, entre autres.

« Ces contraintes sont dues à une augmentation de la demande mondiale pour ces vaccins en raison du retrait du marché de vaccins d’autres sociétés dans certains pays », indique une porte-parole de la compagnie.

À noter aussi que toute personne née après 1984 s’est déjà vu offrir le vaccin pour l’hépatite B à l’école sauf si ses parents s’y étaient opposés.


Hépatite A

  • Peut se propager par la consommation d’aliments ou d’eau contaminés ou par un contact étroit avec une personne infectée.
  • Les symptômes sont très variables. Ils peuvent être absents ou causer la mort dans des cas rares. Leur gravité augmente avec l’âge.
  • Les régions où le risque de transmission est élevé comprennent l’Afrique, l’Asie, l’Amérique centrale et l’Amérique du Sud.

Hépatite B

  • Peut se propager d’une personne à une autre par l’exposition à du sang et à des fluides organiques infectés.
  • Les symptômes peuvent être absents ou bénins, mais ceux qui développent l’hépatite B aiguë peuvent ressentir de la fièvre et des vomissements, entre autres.
  • L’Europe du Sud et de l’Est, l’Amérique du Sud, l’Amérique centrale, l’Afrique, l’Asie et le Moyen-Orient présentent un nombre élevé de personnes atteintes.