/entertainment/movies
Navigation

Pour des tournages plus écologiques

Un plan d’action pour mieux encadrer l’industrie

L’acteur américain Michael Fassbender sur le plateau de film X-Men : Jours d’un avenir passé, dont plusieurs scènes ont été tournées à Montréal au cours de l’été 2013.
Photo d’archives, Bureau du cinéma et de la télévision L’acteur américain Michael Fassbender sur le plateau de film X-Men : Jours d’un avenir passé, dont plusieurs scènes ont été tournées à Montréal au cours de l’été 2013.

Coup d'oeil sur cet article

Le Bureau du cinéma et de la télévision du Québec (BCTQ) et Québecor lanceront jeudi un plan d’action visant à accélérer le déploiement des productions audiovisuelles écoresponsables au Québec, une initiative qui pourrait devenir un atout majeur pour attirer plus de tournages à Montréal.

Selon le BCTQ, ce projet intitulé « On tourne vert » devrait en effet permettre à Montréal de devenir encore plus attrayante pour Hollywood en se positionnant comme une des villes les plus vertes en matière de tournages de cinéma et de télévision. Actuellement en mission économique à Los Angeles, la mairesse Valérie Plante a d’ailleurs profité de l’occasion pour souligner cette initiative lors d’une allocution devant des producteurs américains, mercredi soir.

« C’est un des nos objectifs d’en faire aussi un argument de positionnement et de vente auprès des producteurs américains parce qu’ils sont très sensibles à cet enjeu, explique Romain Paulais, du BCTQ.

« Je crois que cette initiative sera un argument de taille pour Montréal et pour le Québec auprès de ces producteurs. Hollywood est en avance sur la question de l’environnement. L’association des producteurs américains et plusieurs studios hollywoodiens ont déjà fait une initiative verte et notre démar­che s’inspire de la leur. On veut être parmi les endroits au monde qui sont les plus prêts pour ce type de projet. »

Le plan d’action «On tourne vert» a été développé conjointement par le BCTQ et par Québecor (par l’entremise de ses filiales MELS et TVA). Le projet a bénéficié de l’appui de plusieurs acteurs majeurs de l’industrie québécoise, dont les associations de techniciens et de producteurs.

« C’était nécessaire que tout le monde se mobilise, souligne Chrystal Healy, directrice aux Affaires environnementales de Québecor. On a donc décidé de travailler ensemble pour rallier toute l’industrie dans le projet. On a senti une grande ouverture du milieu. Les gens sont prêts à embarquer.»

Outils et recommandations

Le plan d’action offrira aux producteurs des outils et des recommandations qui leur permettront de réduire l’empreinte écologique des tournages au Québec.

« Il y a toutes sortes de choses qu’on peut faire sur un plateau de tournage pour être écoresponsable, indique Romain Paulais. L’exemple qu’on utilise le plus souvent est d’arrêter d’utiliser des bouteilles d’eau jetables sur les plateaux. Mais notre projet est plus vaste que ça. On parle de réduire le transport de marchandises et de personnes, de redistribuer la nourriture des traiteurs qui n’a pas été consommée sur le plateau ou de réutiliser le bois et les matériaux utilisés pour la construction des décors. »

Quelques mesures

  • Remplacer les bouteilles d’eau en plastique jetables par l’eau du robinet
  • Recycler ou donner les matières résiduelles utilisées pour le tournage (costumes ou décors)
  • Réduire la perte de nourriture
  • Réduire la consommation d’énergie
  • Utiliser des moyens de transport écologiques pour les déplacements des acteurs ou de l’équipe de tournage