/auto/opinion
Navigation

Aucun cas refusé...

Chronique financement - Antoine Joubert
stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

Inutile de vous dire que l’automobile, comme tout bien de consommation, est aujourd’hui plus accessible que jamais.

Si à une certaine époque, il était obligatoire de payer le bien qu’on se procurait au moment de l’achat, on peut aujourd’hui financer à peu près n’importe quoi. J’ai d’ailleurs encore en tête ce marchand de meubles qui annonçait il y a quelque temps un radio-réveil à 49,95$, ou 1,84$ pour 36 mois. À croire que certains sont plus réveillés que d’autres...

En automobile, le crédit est aujourd’hui si facile que même les gens qui ne sont pas en mesure de payer ou qui ont de grosses difficultés financières peuvent se procurer une nouvelle voiture. Et parfois, la voiture en question qui semblerait pourtant inaccessible pour la plupart des gens de classe moyenne, n’ayant pas de difficulté financière, serait celle choisie par l’individu criblé de dettes et au faible revenu.

Un ami vendeur m’énonçait par exemple le cas d’une dame dans la cinquantaine, au salaire annuel de 23 000$ et au crédit complètement défoncé, qui avait pourtant choisi de se procurer un Audi Q5 2016 de 34 000$, financé sur six ans (72 mois) à un taux de 13,75%. Alors, comment est-ce qu’une personne endettée jusqu’au cou et qui gagne environ 675$ net par deux semaines peut assumer des mensualités de 812$? Ne me demandez pas...

Parallèlement, je me souviens étant jeune que mon paternel me disait toujours ne pas avoir les moyens d’une simple Volkswagen Jetta, même s’il était professeur au Cégep et qu’il n’avait aucune dette hormis l’hypothèque. C’est vous dire à quel point la notion de l’argent diffère d’une personne à l’autre. Soyez sans crainte, loin de moi l’idée d’approfondir sur cet épineux sujet, mais cela illustre un problème réel auquel l’industrie automobile prend avantage.

Chronique financement - Antoine Joubert
stock.adobe.com

 

Ne payez pas comptant!

Vous croyez que les concessionnaires et marchands de véhicules apprécient le fait que certains acheteurs paient comptant? Au contraire, ils détestent. Pourquoi? Parce que cela les empêche de vous vendre un financement. Oui, vous avez bien lu. Le financement est un produit sur lequel les directeurs financiers des commerces de voitures font une commission. Une commission parfois très généreuse, surtout si votre dossier de crédit possède quelques taches et qu’il faut travailler un peu plus fort afin que vous soyez approuvé.

Ces commissions peuvent varier de 50$ à facilement plus de 2 500$, selon le dossier et le type de véhicule vendu. Et cela exclut les bonifications mensuelles qui seront versées, relatives au nombre de financements vendus auprès d’une même institution financière.

Je ne condamne évidemment pas le geste ou ces commissions, puisqu’il est vrai qu’une demande de financement constitue un travail qui mérite d’être rémunéré et qui, croyez-moi, n’est pas toujours simple. Toutefois, il est possible qu’un marchand tente de vous vendre un véhicule à taux plus élevé que celui qui vous est accordé par la banque. À ce moment, les montants supplémentaires générés par ce taux majoré lui seraient en grande partie attribués. Dans le cas d’un véhicule d’occasion, il est donc important de magasiner aussi son taux de financement. Si vous obtenez la même offre à différents endroits, c’est signe qu’on vous propose le taux juste.

Chronique financement - Antoine Joubert
stock.adobe.com

 

La deuxième chance...

Vous avez un taux d’endettement élevé, avez déjà fait une consolidation de dettes ou accusez quelques retards de paiement? Il se pourrait alors qu’on vous qualifie en deuxième chance au crédit. Cela se traduit ainsi par un taux de financement plus élevé (qui variera d’environ 10% à 20%), et qui conséquemment, fera grimper en flèche le coût de revient d’un véhicule. Par exemple, un Chevrolet Trax 2016 de 18 000$ financé sur 72 mois à un taux standard de 6,9% vous coûterait environ 355$ par mois, occasionnant un coût d’emprunt total de 4 700$. En observant le tableau ici-bas, vous serez à même de constater qu’un taux plus élevé peut faire grimper les montants vers des sommets indécents.

 

 

Montant financé

Durée

Mensualité avec taxes

Coût total de financement

Taux de financement à 6,9 %

18 000$ + tx

72 mois

355 $ (approx.)

4 700 $ (approx.)

Taux de financement à 10,9 %

18 000$ + tx

72 mois

403$ (approx.)

7800 $ (approx.)

Taux de financement à 14,9 %

18 000$ + tx

72 mois

448 $ (approx.)

11065 $ (approx.)

Taux de financement à 19,9 %

18 000$ + tx

72 mois

501 $ (approx.)

14750 $ (approx.)

Taux de financement à 29,9 %

18 000$ + tx

72 mois

672 $ (approx.)

26025 $ (approx.)

 

29,9%?

Vous êtes alors en troisième chance au crédit. Les taux varieront en fait de 20% à 30% selon le dossier qui, assurément, n’est pas rose. Faillite, importants défauts de paiement, fraude, saisie. Tous ces problèmes vous mènent en troisième chance au crédit.

Dans ce cas-ci, les dossiers sont toujours complexes. Les commissions à la vente d’un financement sont ironiquement plus faibles que pour une deuxième chance (et parfois même nulles), puisque l’institution bancaire prend tous les risques. Le commerçant qui travaillera d’arrache-pied pour faire approuver le client devra donc compter principalement que sur le profit du véhicule vendu, ainsi que sur un frais de dossier pouvant atteindre 1 000$, selon le cas.

Comme dans tous les domaines, certains commerçants sont moins honnêtes que d’autres et tenteront de presser le citron jusqu’à la dernière goutte. D’autres accepteront en revanche d’aider le client à se sortir du marasme financier dans lequel il se trouve. On promettra par exemple le rachat d’un véhicule après une courte période (généralement entre 12 et 18 mois), et cela dans le but d’en revendre un nouveau à taux moins élevé. Cela permettra au client de rebâtir tranquillement son crédit tout en diminuant ses mensualités (s’il est raisonnable dans son choix de véhicule).

Le danger de cette stratégie est cependant le financement du solde négatif du précédent véhicule, communément appelé la «balloune». Cela se traduirait par l’écart entre le solde à payer et le montant accordé pour le «vieux» véhicule par le commerçant.

Par exemple, un écart de 3 000$ entre le montant accordé et le solde à payer, ajouté au solde du nouveau véhicule et financé à 15% (au lieu de 20%), représenterait tout de même une obligation financière totale supplémentaire de 4 565$. Ce problème qui constitue aujourd’hui un fléau dans l’industrie automobile n’est évidemment rien pour aider un client, surtout en difficulté financière, puisqu’il affecte son taux d’endettement. Il faut aussi considérer que la valeur du second véhicule financé sera pratiquement toujours inférieure au solde dû, et par beaucoup.

Chronique financement - Antoine Joubert
stock.adobe.com

 

Financement maison

Faites attention. Certains commerçants de véhicules d’occasion (et même quelques concessionnaires de véhicules neufs) vous offriront du financement maison. Bien évidemment, quelques-uns d’entre eux profiteront de la vulnérabilité des gens pour vendre à des taux pratiquement usuraires de 35% ou 40%. Or, en toute bonne foi, certains vous l’offriront au même taux que les banques, parfois même un peu plus bas, et bien sûr en vous facilitant la tâche lors de la demande de financement. Le problème, c’est que le financement maison n’est pas qualifié au bureau de crédit, ce qui signifie qu’en effectuant tous ses paiements selon le terme du prêt, un client en 2e ou 3e chance au crédit n’améliorerait aucunement son sort. Une bien triste nouvelle pour quelqu’un qui souhaite se sortir la tête hors de l’eau.

En terminant, sachez que les 4e, 5e et 6e chance au crédit n’existent pas vraiment. Il s’agit plutôt d’un jargon pour signifier que même les pires «Bougons» du Québec ont aussi droit à leur chance...dans la mesure où ils se qualifient !

Parce qu’il est faux de prétendre qu’aucun cas ne serait refusé. Pourquoi? Parce qu’il faut minimalement que la personne possède un emploi. Qu’elle soit assurable. Qu’elle possède un permis de conduire. Et il est possible qu’on exige une mise de fonds, ce que la plupart des gens aux prises avec ce type de problèmes n’ont pas. Cela dit, il n’a jamais été plus facile d’accéder à une automobile. Le client doit donc apprendre à déceler les profiteurs et faire confiance aux commerçants qui constituent pour eux une solution, non pas un problème de plus à leur situation.