/opinion/columnists
Navigation

La complaisance chinoise

La complaisance chinoise
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le saviez-vous? En 2016, la Chine a émis plus de CO2 (gaz à effet de serre) que les États-Unis et l’Union européenne réunis.

Fait à noter, le Canada (et on inclut le pétrole des Prairies) ne représente qu’environ 5 % de la facture environnementale chinoise. Imaginez maintenant le Québec...

Les Chinois, des victimes ou des agresseurs?

Le saviez-vous? La Chine fait exprès de garder la valeur de sa monnaie basse afin de favoriser ses exportations, mais aussi afin de protéger son commerce intérieur de l’incursion de produits étrangers. Ainsi, leurs produits peuvent voyager à travers le monde grâce aux accords de libre-échange et plomber nos productions locales. Toutefois, nos produits réussissent difficilement à percer leur marché. Tous ces conteneurs chinois qui voyagent sur l’océan, j’appelle ça une relation toxique.

Si on change, ils vont changer

Croyez-vous que les Chinois veulent être comme «nous» et que le simple fait de changer les changera? Les statistiques que je lis me font douter.

Un malade à Hong Kong

Un ami est parti vivre à Hong Kong, une métropole chinoise, il y a quatre ans. Successful serait le mot à employer pour sa carrière là-bas. Pourtant, il est revenu. La raison? L’air de Hong Kong était tellement pollué qu’il est tombé malade, presque à en crever. Les responsables de la qualité de l’air? Des Chinois.

L’impact de nos résolutions

Les vertus des récentes déclarations environnementales québécoises sont nobles. Cependant, lorsqu’on relativise nos comportements, on peut se rendre compte, d’abord, que notre impact est mineur, mais aussi de l’état de la situation. Qu’on veuille améliorer le sort des forêts coupées à blanc, la qualité des eaux qui nous environnent, c’est une chose.

Cela dit, croire que les autres vont changer à cause de nous relève peut-être de la pensée magique. Un jour, il faudra montrer du doigt les vrais pollueurs. Mais qui osera le faire? La relation est toxique.

P.-S. Le saviez-vous? Même si les Chinois peuvent acheter des maisons au Québec, il nous est presque impossible d’en faire autant chez eux.

 

Écoutez les réactions de Pierre Martin au sujet de cette chronique à partir de 8 minutes 10 secondes

 

Cette chronique est en lien à la thématique politique internationale proposée par Pierre Martin.

 

Votez pour votre novice préféré du 3 au 9 décembre, qui se méritera un contrat de chroniqueur au sein du Journal.

 


Mentors X Novices - lundis et jeudis en baladodiffusion sur qub.radio
Les Novices : l’émission - samedis matins de 10h à 11h sur qub.radio
Les chroniques écrites – sur les sites du Journal de Montréal et du Journal de Québec et dans les journaux