/news/politics
Navigation

3e lien et ligne de coke: Labeaume défend Dorion et accuse les médias de vouloir «casser» les politiciens

3e lien et ligne de coke: Labeaume défend Dorion et accuse les médias de vouloir «casser» les politiciens
Photo Jean-François Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

Le maire de Québec conseille à Catherine Dorion de « rester elle-même » et en profite pour écorcher les médias, qu’il accuse de vouloir « casser » les politiciens.

Régis Labeaume a croisé brièvement la députée de Taschereau, jeudi, après qu’elle eut comparé le troisième lien à une ligne de coke, dans une vidéo qui a obtenu un vif succès sur les réseaux sociaux.

Il lui a donné un conseil. « J’ai dit à Catherine de continuer à espérer et de continuer à être elle-même. [...] Je lui ai dit : “Tiens-toi debout et assume” », a-t-il révélé lors d’une mêlée de presse hier.

Le maire a même corrigé un homme âgé qui assistait à la sortie médiatique et qui a dit à voix basse qu’elle était « populiste ». « Non, ce n’est pas une populiste », a coupé M. Labeaume. « C’est quelqu’un qui est extra », au sens d’« extravertie ».

Il n’a pas voulu commenter les propos qui ont tant fait jaser, mais il s’est livré à une critique en règle des médias.

« Les médias vont réussir à la casser, Catherine. C’est ça qui va arriver. Comme les médias arrivent à casser tous les politiciens du Québec. Vous faites votre job. Les médias veulent des gens originaux, avec des idées et qui sont différents. [...] Il peut-tu y en avoir une couple qui soient un peu différents ? »

Il affirme ne pas vouloir se lancer dans la polémique, « parce que ça va réussir à casser Catherine un peu plus ».

Approuvée par QS

En journée hier, le parti Québec solidaire (QS) a confirmé avoir approuvé la vidéo avant sa diffusion. La porte-parole Stéphanie Guèvremont soutient qu’elle méritait d’être rendue publique, principalement pour faire connaître la position de QS à l’égard du projet de troisième lien.

En matinée, hier, sur les ondes de QUB radio, la députée a balayé les critiques et a affirmé qu’elle n’a pas l’intention de se conformer à ce que l’on attend habituellement des politiciens, peu importe ce que les médias et les « trolls » en pensent. Elle persiste et signe : sa métaphore était « vraiment bonne ».

« Ce qui me fait capoter, c’est que, parce que je fais de la politique, je devrais être un personnage qui ne s’exprime pas fort, qui s’exprime avec peu de couleur, qui ne bouge pas beaucoup, qui s’habille de façon à ce qu’on ne la remarque pas trop », a dénoncé Mme Dorion.

— Avec la collaboration de Nicholas de la Rosa et de Geneviève Lajoie

 


Catherine Dorion s’est défendue en entrevue avec Benoît Dutrizac ce matin sur QUB radio: