/finance/business
Navigation

Enquête de l’AMF: Bombardier perd 15 % à l'ouverture à Toronto

Enquête de l’AMF: Bombardier perd 15 % à l'ouverture à Toronto
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’action de Bombardier a ouvert vendredi en forte baisse à la bourse de Toronto, au lendemain de l’annonce de l’Autorité des marchés financiers sur l’ouverture d’une enquête concernant l’entreprise montréalaise.

À 10 h, l’action se détaillait à 1,77 $, soit une chute de 15 % (0,32 $).

Jeudi, l’AMF a confirmé qu’elle menait une enquête sur Bombardier. L’organisme dit «examiner les opérations entourant la mise en place du Régime d’aliénation de titres automatique (RATA) au mois d’août dernier par Bombardier et les différentes annonces faites depuis».

Le gendarme des marchés financiers québécois souhaite ainsi s’assurer qu’aucun délit d’initiés n’est survenu au cours des derniers mois au sein de la haute direction de l’entreprise.

Dans un texte publié au 30 août dernier, le chroniqueur du «Journal de Montréal» Michel Girard révélait que les hauts dirigeants de Bombardier avaient transféré à une société de Calgary quelque 30 millions d’options exerçables dans le but de revendre les actions acquises sur le marché.

C’est la firme Solium Capital qui a reçu le mandat d’effectuer les transactions des dirigeants de Bombardier. Pour ce faire, le conseil d’administration de Bombardier a créé, le 15 août dernier, un «régime d’aliénation de titres automatique», lequel régime (surnommé RATA) permet l’exercice et la vente de titres acquis par les membres de la haute direction de l’entreprise.

Dans la foulée de l'annonce sur l'ouverture d'une enquête, la multinationale montréalaise a déclaré qu'elle entendait «collaborer pleinement» à cet examen.