/news/transports
Navigation

Le constructeur du pont Champlain veut finir fin janvier

Coup d'oeil sur cet article

Le constructeur du nouveau pont Champlain vient d’annoncer à Ottawa qu’il aura terminé le travail le 28 janvier, a appris notre Bureau d’enquête.

Le PDG du constructeur Signature sur le Saint-Laurent (SSL), Alexandre Riendeau, a communiqué cette date à Infrastructure Canada mercredi, selon nos informations.

Elle ne concerne pas l’ouverture du pont, mais bien son « achèvement substantiel ».

À cette étape, un ingénieur indépendant doit inspecter l’ouvrage pour y relever d’éventuelles « déficiences mineures », que le constructeur devra corriger avant de l’ouvrir à la circulation.

Selon les clauses du document, l’« achèvement substantiel » inclut la construction de tout ce qui permet de circuler sur le pont, dont « tous les tabliers, piles et finis [...], y compris tous les dispositifs de retenue, l’éclairage architectural et tous les accessoires appropriés à l’utilisation sécuritaire du nouveau pont sur le Saint-Laurent pour la circulation routière ».

Printemps

Infrastructure Canada continue pourtant de dire que des « travaux permanents importants qui dépendent de la température, notamment l’imperméabilisation du tablier et le pavage, ne commenceraient vraisemblablement pas avant le début du printemps », selon un courriel que le Ministère a envoyé à notre Bureau d’enquête.

Le Ministère refuse de confirmer la date du 28 janvier que SSL lui a communiquée ou d’expliquer cette apparente contradiction.

« Des discussions commerciales entre le gouvernement et SSL se poursuivent toujours et nous vous reviendrons lorsque ces discussions seront complétées », écrit la porte-parole Josianne Martel.

Même réponse du côté de SSL. « Nous avons des discussions de nature commerciale et confidentielle avec notre partenaire et nous communiquerons les détails dès que possible », écrit la directrice des communications du constructeur, Annie-Claire Fournier, dans un courriel à notre Bureau d’enquête.

13,5 M$ en pénalités

En vertu du contrat avec le gouvernement fédéral, le constructeur s’expose à des pénalités de 100 000 $ par jour de retard des travaux la première semaine, puis de 400 000 $ par jour ensuite, jusqu’à concurrence de 150 M$.

Comme la date prévue était le 21 décembre, SSL devrait payer 13,5 M$ de pénalités s’il livre le pont le 28 janvier.

Le consortium SSL, dirigé par SNC-Lavalin, a annoncé en octobre que seule la structure du pont serait terminée à la date d’échéance prévue initialement au contrat, le 21 décembre.

Le constructeur s’était alors engagé à livrer le pont « au plus tard » à la fin juin.