/finance/business
Navigation

Les employés québécois de Sico sacrifiés pour des travailleurs ontariens non syndiqués

La maison-mère américaine de Sico, PPG de Pittsburgh, aurait décidé de transférer la production de l’usine de Québec (Beauport) en raison de coûts de production plus bas.
Photo Agence QMI, GUY MARTEL La maison-mère américaine de Sico, PPG de Pittsburgh, aurait décidé de transférer la production de l’usine de Québec (Beauport) en raison de coûts de production plus bas.

Coup d'oeil sur cet article

Les 125 employés de Sico qui perdront leur emploi au Québec seront remplacés par des travailleurs ontariens non syndiqués.

«Une décision indécente», a indiqué jeudi la porte-parole syndicale de la CSN, qui représente les travailleurs de Sico au Québec, Ann Gingras.

Selon cette dernière, la maison-mère américaine de Sico, PPG de Pittsburgh, a décidé de transférer la production de l’usine de Québec (Beauport) en raison de coûts de production plus bas.

Les travailleurs de l’usine de Sico à Québec gagnaient 29 $ l’heure en moyenne comparativement à 26 $ l’heure en moyenne en Ontario. Les travailleurs ontariens de Sico ne sont toutefois pas syndiqués.

La CSN ne croit pas que le «facteur syndical» ait pu jouer dans la décision de PPG de quitter le Québec. PPG a aussi décidé de fermer son centre de distribution de Longueuil.

«La plus grosse usine de Sico est située en Colombie-Britannique, et les travailleurs sont syndiqués», a rappelé la porte-parole de la CSN.

Sur le même sujet