/finance/pme
Navigation

Avoir du pif pour les affaires

Audrey Bernard a eu raison de persévérer pour mettre sur pied son entreprise Stimulation Déjà-Vu

Audrey Bernard, fondatrice d’une entreprise spécialisée dans les solutions olfactives, dans ses bureaux de Montréal.
Photo Ben Pelosse Audrey Bernard, fondatrice d’une entreprise spécialisée dans les solutions olfactives, dans ses bureaux de Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Il y a des moments qui sont déterminants dans la vie. Pour Audrey Bernard, cela a été une rencontre autour d’un café avec un de ses profs en management à HEC Montréal, Fabian Moreno.

Elle a fondé une entreprise qui crée des odeurs pour des expériences ludiques et multisensorielles. « Il a vu que j’avais le potentiel pour devenir entrepreneure. Il m’a fait réaliser que c’est ce que je voulais faire dans la vie », raconte la jeune femme qui n’a pas hésité longtemps avant de donner sa démission de son poste de fonctionnaire à la commission scolaire de Montréal (CSDM), et cela même si elle venait tout juste d’obtenir sa permanence.

« C’était souvent long avant de faire aboutir un projet. J’avais besoin de faire arriver les choses », raconte la mère de deux enfants âgés de 3 et 17 ans.

Avec un partenaire, elle se lance donc en affaires. Un premier projet qui meurt dans l’œuf. Elle ne renonce pas pour autant à avoir sa propre entreprise.

« Je n’ai jamais pensé avoir pris le mauvais chemin même s’il n’allait pas en ligne droite », dit-elle.

Elle a eu raison de persévérer. En 2017, elle a fondé Stimulation Déjà-Vu qui connaît un départ canon.

La jeune entreprise créée des solutions olfactives et multisensorielles pour des expériences client qui sortent de l’ordinaire.

Un créneau unique

Avec son équipe, composée entre autres de parfumeurs, de chimistes et de spécialistes du marketing expérientiel, elle concocte des odeurs qui rappellent les sous-bois du parc de la Mauricie, le marché Jean-Talon ou Montréal et ses calèches !

« L’odorat est le sens le plus puissant. Comme il est relié aux émotions, il a le pouvoir de faire vivre des expériences marquantes », explique Audrey Bernard, qui a depuis longtemps développé une passion pour la parfumerie.

Tous les produits et procédés de Stimulation Déjà-Vu sont écoresponsables. Ils se présentent sous forme de vaporisateur de poche, de chandelle ou de canon qui lance de fines goulettes d’eau parfumée dans l’air. Il y a même une mallette olfactive munie d’un mécanisme qui dégage une odeur quand on la bouge.

Stimulation Déjà-Vu a aussi un volet santé qui pourrait prendre de l’ampleur. Elle tient notamment des ateliers olfactifs auprès de la Société Alzheimer.

« Les odeurs font remonter des souvenirs à la surface. Cela permet de ranimer les conversations entre les patients », explique l’entrepreneure, qui depuis le début est associée avec un partenaire qui la laisse maîtresse des opérations.

Des projets qui se multiplient

En juin dernier, Stimulation Déjà-Vu est entrée à MT Lab, un incubateur d’entreprises dans les domaines du tourisme, de la culture et du divertissement, qui a propulsé l’entreprise. Les mandats se multiplient pour Audrey Bernard qui est appelée à voyager beaucoup.

Stimulation Déjà-Vu a notamment été embauchée par l’Alliance de l’industrie touristique du Québec pour une création olfactive destinée à l’événement Québec original à Mexico ! Elle a aussi mené un atelier ludique à activation sensorielle à Lyon, en France, pour le Street Food Festival.

Avec Tourisme Montréal, elle est en train de créer un coffret olfactif des odeurs uniques à Montréal pour aider à vendre la métropole auprès des touristes étrangers. Il y a même une demande pour commercialiser ce coffret. Elle envisage donc de se lancer dans la production.

Malgré ce tourbillon, Audrey Bernard garde la tête bien froide et le cap sur la croissance. En un an, elle a doublé son chiffre d’affaires et 2019 s’annonce encore plus prometteuse.

« Il faut de la détermination, faire les bons choix et savoir rajuster le tir au besoin, explique-t-elle. En même temps, être en affaires, c’est tellement formateur. Ça me permet d’évoluer. Il faut aussi être “coachable” ! J’ai encore tellement à apprendre. De là l’importance d’être bien entourée. »

Jusqu’à maintenant, les ventes ont permis de financer le développement de l’entreprise qui embauche aujourd’hui cinq personnes en plus de contractuels. Si le projet de commercialisation du coffret olfactif se concrétise, elle devra toutefois aller chercher du financement.

Son parcours

  • Audrey Bernard, 37 ans
  • Certificat en développement organisationnel, HEC Montréal, 2018
  • Secrétaire de gestion, bureau de la présidence, commission scolaire de Montréal, 2013 à 2016
  • Fondatrice de Stimulation Déjà-Vu, 2017

UNE DE NOS MEILLEURES DÉCISIONS

  • « D’avoir persévéré malgré ma première expérience malheureuse en affaires. J’ai bien fait de me relancer rapidement. »

UNE DE NOS PIRES DÉCISIONS

  • « Celle où je n’écoute pas mon instinct. »

Vous avez vécu la même expérience. Écrivez-nous : pmeinc@quebecormedia.com