/world/opinion/columnists
Navigation

Crise de confiance à la tête du monde

GERMANY-G20-SUMMIT
Photo AFP Le président chinois Xi Jinping et son homologue américain Donald Trump lors du sommet du G20 de 2017, à Hambourg, en Allemagne.

Coup d'oeil sur cet article

Ça ne paraît pas tout à fait, mais il y a de plus en plus de tension dans l’air. La Corée du Nord développe une mystérieuse nouvelle arme, la Chine fait faire des bonds à son budget militaire et la Russie – pour ne prendre que ces trois-là – prétend disposer d’armement nucléaire indestructible. Il faudrait des leaders, inspirant confiance, pour ramener le calme. Qui donc, au juste ?

Le sommet du G20 se tiendra dans deux semaines en Argentine. Se retrouveront là les dirigeants de 19 pays plus l’Union européenne, représentant les deux tiers de la population mondiale, les trois quarts du commerce planétaire et pas loin de 100 % des dépenses militaires.

Les grandes puissances auront leurs vedettes : Donald Trump pour les États-Unis, Xi Jinping pour la Chine, Vladimir Poutine pour la Russie. Macron y sera pour la France, Merkel pour l’Allemagne, Trudeau pour le Canada. D’autres aussi, tout aussi influents, comme le Turc Erdogan, le Japonais Abe et l’Indien Modi, dont le pays d’ici sept ans dépassera la Chine en population.

L’attention sera centrée sur le président américain, puisque c’est ainsi que va le monde depuis deux ans. Sauvera-t-il l’économie mondiale en débloquant l’impasse des relations commerciales entre les États-Unis et la Chine ? Poursuivra-t-il l’entreprise de charme auprès de Vladimir Poutine que pratiquement personne ne réussit à s’expliquer ?

S’en prendra-t-il aux alliés traditionnels de Washington comme lors du G7 dans Charlevoix, ou comme il y a quelques jours en rentrant des cérémonies commémoratives de la fin de la Première Guerre mondiale où il s’est moqué d’Emmanuel Macron et de son « très faible taux d’approbation à 26 % », appelant à « MAKE FRANCE GREAT AGAIN! » ?

LOIN D’ÊTRE L’HOMME DE LA SITUATION

En dépit de l’attention qu’il recevra, Donald Trump pourra difficilement prétendre être le guide que bien des gens cherchent. Pas qu’il souhaite le devenir : son message « America First » ne laisse aucun doute sur ses intentions et, pour ceux qui continuent de rêver en couleurs, il insiste constamment, comme il l’a fait en septembre dernier lors d’un rassemblement politique à Las Vegas, qu’il est « le président des États-Unis, pas le président du globe ».

Le globe, en contrepartie, a peu de sympathie pour le chef de la Maison-Blanche. Le Pew Research Center, un organisme américain respecté et non partisan, a interrogé plus de 26 000 personnes dans 25 pays entre mai et août derniers. Presque partout, démontre l’étude, frustrations et déception à l’égard de Donald Trump se sont accentuées avec à peine 9 % des Français, 10 % des Allemands et 25 % des Canadiens ayant confiance en l’homme de Pennsylvania Avenue.

Ce même globe valorise pourtant le leadership américain. À la question de savoir dans quel monde serait-il préférable de vivre, un monde mené par les États-Unis ou par la Chine, partout, sauf dans trois pays (la Russie, l’Argentine et la Tunisie...), les répondants préfèrent les États-Unis comme puissance mondiale. S’ils s’étaient choisi un autre président...

SINON LUI, QUI D’AUTRE ?

Ce n’est pas que les Américains chérissent leur dirigeant au détriment des autres. Ils expriment davantage de confiance envers le président français, la chancelière allemande et le premier ministre japonais que leur propre leader pour mener les affaires du monde.

Par chance, la popularité des présidents russe et chinois est plus basse ; les autocrates n’ont pas encore tout à fait la cote. C’est néanmoins le monde à l’envers, alors que les républicains – historiquement, les « guerriers » de la politique étrangère américaine – montrent un faible pour Vladimir Poutine et Xi Jinping. Allez y comprendre quelque chose !


États-Unis ou Chine, quelle puissance pour mener le monde ?

  États-Unis Chine
Suède 76 % 14 %
Canada 71 % 15 %
France 65 % 21 %
Allemagne 58 % 19 %
Mexique 48 % 41 %
Russie 13 % 35 %

L’image des États-Unis et de leur président

► Trump

  • Confiance : 27 %
  • Non-confiance : 70 %

► Impression des États-Unis

  • Favorable : 50 %
  • Défavorable : 43 %

► Impression favorable des États-Unis

  • Canada : 39 %
  • Mexique : 32 %
  • Brésil : 55 %
  • France : 38 %
  • Russie : 26 %
  • Israël : 83 %
  • Afrique du Sud : 57 %
  • Australie : 54 %
  • Japon : 67 %

Des leaders qui inspirent (ou pas) confiance

Leader Confiance Non-confiance
Angela Merkel 52 % 31 %
Emmanuel Macron 46 % 34 %
Xi Jinping 34 % 56 %
Vladimir Poutine 30 % 62 %
Donald Trump 27 % 70 %

Source : Pew Research Center, 2018