/news/politics
Navigation

Services en français: Andrew Scheer fait part de ses inquiétudes à Doug Ford

Legault Scheer
Simon Clark/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le chef du Parti conservateur, Andrew Scheer, a fait part de ses «préoccupations» au premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, après l'abolition du projet d'université francophone dans la province.

Annoncée mercredi dernier, la décision d'abandonner le projet d'université et d'abolir le Commissariat aux services en français pour remettre l'économie de l'Ontario sur les rails a été vue comme une attaque contre le fait français en Ontario par nombre d'intervenants.

Lors d'un point de presse portant sur la dette publique tenue dimanche à Ottawa, M. Scheer a rappelé qu'il a lui-même bénéficié de l'immersion en français alors qu'il était étudiant. Il a raconté avoir «fait part de [son] support pour ce type de programme» au premier ministre Ford, en plus d'avoir relayé des craintes exprimées par des membres de son caucus.

M. Scheer s'est cependant gardé de demander au gouvernement ontarien de reculer, en affirmant que c'était à M. Ford de prendre cette décision.

Déficit

Par ailleurs, le chef conservateur a déploré que les libéraux de Justin Trudeau soient en voie de terminer leur mandat avec une autre année de déficit.

«Justin Trudeau avait promis que le budget serait équilibré par la fin de 2019, a rappelé Andrew Scheer, alors que le gouvernement libéral doit présenter sa mise à jour économique mercredi. Cette semaine, il doit être honnête et dire aux Canadiens quand il compte équilibrer le budget.»

«Il n'est pas nécessaire d'être un économiste pour savoir que plus de dettes aujourd'hui, signifie plus de taxes demain», a ajouté le politicien, en affirmant que l'équilibre budgétaire serait l'une de ses priorités s'il est élu l'an prochain.