/news/health
Navigation

Un centre de désintoxication de 37 millions $ construit à Kuujjuaq

Un centre de désintoxication de 37 millions $ construit à Kuujjuaq
PHOTO COURTOISIE

Coup d'oeil sur cet article

Quatre fois plus d’Inuit pourront être traités pour des troubles de dépendance grâce à la construction d’un nouveau centre de désintoxication d’une valeur de 37 millions $ à Kuujjuaq dans le Nord-du-Québec.

Le nouveau centre destiné aux 14 communautés inuit du Nunavik fera passer la capacité de traitement de 45 à 175 patients par année et doit être prêt en 2021.

Il permettra par ailleurs de traiter les hommes et les femmes en même temps, plutôt qu’en alternance comme c’est le cas actuellement. Cela provoquait des délais d’attente de plusieurs mois.

Isuarsivik, qui est le seul centre de désintoxication du Nord québécois, est situé dans un bâtiment désuet construit par l’Armée de l’air américaine dans les années 40.

Les gestionnaires travaillent sur le projet de construction d’un nouveau centre depuis dix ans, et les premiers travaux se feront l’été prochain.

Le chemin pour s’y rendre sera construit, l’électricité sera amenée sur le terrain, qui sera préparé pour accueillir les fondations. Un immeuble de quatre logements destinés aux employés doit aussi être érigé.

« Il n’y a personne d’insensible aux impacts de la consommation d’alcool dans les communautés inuit. Il y a d’autres problématiques sociales liées à ça, comme la violence physique, la négligence, les accidents, le taux d’incarcération », explique le coordonnateur au développement du centre Philippe-Alexandre Bourgouin.

Le taux de mortalité dû à l’alcool est quatre fois plus élevé au Nunavik qu’ailleurs au Canada, selon les données du centre. La communauté est unie derrière le projet, selon M. Bourgouin.

«C’est vraiment une reprise de pouvoir des Inuit sur leur propre processus de guérison », dit-il.

Famille

Le nouveau centre offrira par ailleurs des thérapies à des familles complètes, pour permettre des résultats à plus long terme. Ceci vise à régler le problème de gens traités qui retournent dans des maisons où la consommation est toujours présente.

« Ce qu’on souhaite, c’est que les gens passent à travers le processus ensemble, et qu’ils puissent se supporter à la maison, en équipe », explique la directrice générale d’Isuarsivik, Alicia Aragutak.

Deux lits doivent par ailleurs être réservés en permanence aux femmes enceintes, pour prévenir le syndrome d’alcoolisme fœtal.

«On est définitivement des pionniers. Ce sera un gros centre, et on a une grande vision », dit Mme Aragutak.