/travel/destinations
Navigation

Ce qu’il faut savoir: les chiens dans les parcs de la Sépaq

Ce qu’il faut savoir: les chiens dans les parcs de la Sépaq
Photo courtoisie, Sépaq

Coup d'oeil sur cet article

À la suite d’un projet-pilote débuté en 2016 et mené jusqu’à maintenant dans cinq parcs nationaux du Québec, la Sépaq prévoit autoriser les chiens dans la majorité des parcs dès le printemps prochain. Si la nouvelle a été largement diffusée, plusieurs points méritent d’être éclaircis.

Cette autorisation vient déjà avec certaines conditions de base : tenir l’animal en laisse (trois mètres maximum), ramasser les excréments et fréquenter des secteurs désignés.

Devrait-on ?

Histoire d’apporter un éclairage plus large sur le sujet, permettez-moi de faire mention du plaidoyer de Hugues Richard, un lecteur s’opposant fermement à la présence des chiens dans les parcs nationaux.

Motif : ces territoires devraient être essentiellement voués à la conservation intégrale du milieu naturel.

Avec le projet-pilote, estime-t-il, la Sépaq s’est davantage préoccupée d’évaluer comment augmenter la fréquentation et ses revenus en acceptant les chiens plutôt que mesurer les impacts sur la faune. Pourtant, fait-il remarquer, plusieurs études démontrent, entre autres, qu’on a moins de chances de voir des animaux sauvages si on est accompagné d’un chien, même en laisse.

Sur ce point, la Sépaq fait valoir que les secteurs désignés sont parmi ceux où il y aurait le moins d’impact. Par exemple, là où il y a des chevreuils comme au parc des Îles-de-Boucherville, ce sera à voir.

Le projet-pilote

Selon Hugues Richard, les parcs nationaux sont aussi parmi les derniers lieux naturels de quiétude. Même s’il affirme aimer les chiens, il craint le manque de respect de certains maîtres.

Un des objectifs du projet-pilote était justement de vérifier cet aspect. Ainsi, en été, 93 % des maîtres ont tenu leur chien en laisse. Il reste donc 7 % qui ne l’ont pas fait.

Pour la Sépaq, comme l’autorisation touche des secteurs plus faciles à surveiller, des constats d’infraction peuvent être émis. Dans le cas de problèmes récurrents à un lieu donné, la société d’État prévoit faire des ajustements et, s’il y a lieu, de réinstaurer l’interdiction.

Et les races ?

Concernant les chiens potentiellement dangereux, le Règlement sur les parcs ne fait pas de distinction entre les races. La Sépaq se réserve le droit d’expulser tout chien au comportement agressif. C’est à suivre...

Parcs nationaux du québec : Lieux autorisés

En 2018 : Frontenac, de la Jacques-Cartier, Oka, Aiguebelle et Lac-Témiscouata

Au printemps 2019 : tous les parcs sauf ceux d’Anticosti et de l’Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé

Variables selon les parcs : sentiers désignés, certains secteurs de camping et de pique-nique

www.sepaq.com/animaux

D’autres idées pour le week-end

Laurentides : Val-David et Val-Morin en mode hivernal

Ce qu’il faut savoir: les chiens dans les parcs de la Sépaq
Photo courtoisie, Tourisme Laurentides

Tout est prêt pour les premières neiges au parc régional. Les sentiers ont été élagués pour être à leur pleine largeur. Les chiens en laisse y sont aussi autorisés l’hiver, mais pas en skis de fond.

À surveiller : le bazar annuel, le 25 novembre de 9 h à midi, du côté de Val-Morin. C’est une belle occasion de vendre ou d’acheter raquettes, skis de fond ou autre équipement de plein air.

www.parcregional.com