/world/pacificasia
Navigation

La Chine bannit l’importation de 32 nouveaux types de déchets

Coup d'oeil sur cet article

La Chine, qui bloque l’importation de certains déchets depuis janvier, va encore allonger la liste des produits bannis à partir du 31 décembre, au risque d’aggraver l’accumulation de matières à recycler dans les pays riches.

Selon un document officiel cité lundi par l’agence Chine nouvelle, 32 types de déchets solides, allant des rebuts d’acier inoxydable au bois, aux pièces automobiles et de navires, ne pourront plus rentrer dans le pays à compter de la fin de l’année.

Ce document émane des ministères de l’Environnement ainsi que du Commerce, de la Commission nationale pour la réforme et le développement, et des Douanes.

En avril, le ministère de l’Environnement avait annoncé que les prochaines interdictions interviendraient en deux temps: d’ici au 31 décembre pour 16 catégories de produits, d’ici à fin 2019 pour les 16 autres.

Pour ne plus être la première destination mondiale du recyclage, Pékin a déjà fermé la porte en janvier à 24 catégories de déchets solides, dont certains plastiques, papiers et textiles, au grand dam de certains industriels du recyclage américains et européens obligés d’entreposer des déchets dans l’attente d’une solution.

Ses importations ont en conséquence chuté durant les dix premiers mois de l’année, alors que la Chine, avide de matières premières, absorbait les déchets occidentaux depuis des décennies.

Déchets plastique, papiers et métal importés ont totalisé 17,27 milliards de tonnes sur la période janvier-octobre, en baisse de 51,5% par rapport aux dix premiers mois de 2017, selon des chiffres des Douanes récemment cités par Chine nouvelle.