/finance/business
Navigation

Lowe’s n’a pas l’intention de cesser de vendre la peinture Sico au Québec

La semaine dernière, la maison-mère américaine de Sico, PPG de Pittsburgh, a décidé de fermer l’usine Sico de Québec (Beauport) et de transférer sa production en Ontario en raison de coûts de production plus bas.
Photo Agence QMI, Guy Martel La semaine dernière, la maison-mère américaine de Sico, PPG de Pittsburgh, a décidé de fermer l’usine Sico de Québec (Beauport) et de transférer sa production en Ontario en raison de coûts de production plus bas.

Coup d'oeil sur cet article

Le quincaillier américain Lowe’s, qui détient les bannières RONA et Réno-Dépôt au Québec, n’a pas l’intention de cesser de vendre la peinture Sico dans ses magasins.

« Lowe’s Canada offre depuis de nombreuses années et continue d’offrir la marque Sico dans ses magasins RONA et Réno-Dépôt et il n’est pas question que ceci change », a indiqué lundi au Journal une porte-parole de Lowe’s.

Selon Lowe’s, la relation commerciale entre Lowe’s Canada et PPG Canada (Sico) demeure inchangée au pays. Aux États-Unis, PPG a toutefois perdu en mars dernier un important contrat d’approvisionnement avec le quincaillier américain Lowe’s.

Lowe’s a fait savoir à PPG que tous ses produits, dont les peintures Olympic, ne seraient plus en vente sur ses tablettes à partir de 2019 dans ses magasins américains. Seuls les produits Sherwin-Williams seront dorénavant disponibles chez Lowe’s.

PPG vendait annuellement pour 300 millions $ US de produits de peinture dans les quincailleries Lowe’s aux États-Unis.

PPG a depuis annoncé un plan de restructuration lié à cette perte de contrat avec Lowe’s. Plus de 1100 postes seront abolis dans les usines nord-américaines de PPG d’ici juin 2019.

Compressions au Québec

La semaine dernière, la maison-mère américaine de Sico, PPG de Pittsburgh, a décidé de fermer l’usine Sico de Québec (Beauport) et de transférer sa production en Ontario en raison de coûts de production plus bas.

Cette annonce a provoqué de nombreux tollés de protestations auprès des politiciens, dont certains ont appelé les consommateurs à boycotter les produits Sico.

L’appel au boycottage et à l’achat de la peinture exclusivement fabriquée au Québec a également fait bondir certaines entreprises.

Copropriétaire du magasin RONA Ferronnerie Houle de Saint-Jean-sur-Richelieu, Audrey Archambault croit que l’appel au boycottage de Sico au Québec pourrait faire très mal aux détaillants qui offrent les produits de cette marque sur leurs tablettes. « Il faut penser aux marchands que cela va affecter », a fait valoir la femme d’affaires.