/auto/opinion
Navigation

Non, la voiture de Catherine Dorion n’est pas un VUS

Catherine Dorion Crosstrek

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir reçu les injures d’internautes en comparant le troisième lien de Québec à de la cocaïne, voilà que la députée Catherine Dorion fait les manchettes pour... sa voiture.

Eh oui, la représentante de Québec solidaire a récemment eu le malheur de se procurer un véhicule. Un Subaru XV Crosstrek 2015. Rien de bien extravagant, mais pour certains de ses détracteurs, c’est déjà beaucoup trop.

 

À lire aussi: 10 VUS qui ne devraient pas s'appeler des VUS

À lire aussi: Quand les voitures deviennent des VUS

 

C’est que le Subaru Crosstrek est identifié par plusieurs comme faisant partie de la catégorie des véhicules utilitaires sport (VUS). Et les VUS, dans l’imaginaire collectif, c’est gros et ça pollue. Bref, ça va à l’encontre des valeurs que Dorion et son parti défendent.

Mais est-ce que le Crosstrek répond réellement à cette définition? Pas vraiment.

Il s’agit en fait d’un petit véhicule haut sur pattes qui partage une très grande partie de ses composantes (dont sa motorisation) avec l’Impreza, qu’on qualifie pourtant d’une voiture compacte.

La grande différence entre les deux modèles réside dans le fait que le Crosstrek est muni d’une suspension rehaussée, d’un design un peu plus «costaud» et de tours d’aile en plastique. Du tape à l’œil. Et pourtant, si Catherine Dorion avait acheté une Impreza au lieu d’un Crosstrek, parions que personne n’en aurait fait de cas.

Catherine Dorion Crosstrek
Subaru

 

Une question de marketing

Dans l’industrie automobile, on sait que l’appellation VUS a la cote chez les consommateurs. C’est vendeur, tout simplement. Alors on l’utilise à toutes les sauces, dans l’espoir un peu bête de vendre plus de véhicules. Le Crosstrek fait partie de ces modèles qu’on catégorise ainsi simplement pour le rendre plus sexy aux yeux des automobilistes.

Est-ce que cela en fait un véhicule plus polluant pour autant?

Selon les chiffres de Ressources naturelles Canada, un Subaru XV Crosstrek 2015 équipé d’une transmission automatique affiche une consommation d’essence combinée ville/route de 8,1 L/100 km et émet 186 grammes de CO2 par kilomètre. Ça, c’est pour la variante de base. Parce qu’en 2015, le XV Crosstrek était aussi offert avec une motorisation hybride.

En guise de comparaison, une Honda Civic de la même année affichait une consommation de 7,1 L/100 km et des émissions de 163 grammes de CO2 par kilomètre.

De l’autre côté du spectre, un VUS pur et dur comme le Chevrolet Tahoe 2018 affiche plutôt une cote de consommation d’essence de 13 L/100 km et émet 305 grammes de CO2 pour chaque kilomètre qu’il parcourt. Bien loin des chiffres du Crosstrek.

C’est vrai, le Subaru de Catherine Dorion n’est pas le véhicule le plus écoénergétique du marché. Mais de là à discréditer la politicienne en disant qu’elle conduit un méchant VUS, il y a une ligne à ne pas franchir