/news/politics
Navigation

Rapport du vérificateur général: encore plus à faire pour aider les victimes d’inconduites sexuelles dans les Forces armées

Bloc Forces canadiennes
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Les Forces armées devront en faire plus pour aider les victimes d’inconduites sexuelles dans ses rangs, selon le Vérificateur général du Canada.

Dans son rapport rendu public mardi, le Vérificateur général (VG) Michael Ferguson recommande que «les Forces accordent la priorité au soutien aux victimes, qu’elles offrent de meilleures séances de sensibilisation et de formation sur les causes et les effets des comportements sexuels inappropriés, et qu’elles intègrent davantage les avis et les résultats d’examens externes indépendants».

Le tout dans l’optique de mettre fin aux comportements inappropriés au sein des rangs militaires canadiens.

Les Forces armées ont mis en place l’opération HONOUR en 2015 pour intervenir auprès des victimes d’inconduites sexuelles, les aider et prévenir ces comportements au sein des Forces.

Trois ans après sa mise en place, le VG constate que l’opération avait bel et bien «sensibilisé les militaires au problème des comportements sexuels inappropriés». En effet, le nombre de plaintes est passé d’environ 40 en 2015 à 300 en 2017.

«Cependant, nous avons constaté que certains membres ne se sentaient toujours pas en sécurité ou appuyés. Par exemple, le «devoir de signaler» tous les comportements sexuels inappropriés a fait augmenter le nombre d’incidents signalés par un tiers, même si la victime n’était pas prête à rapporter l’incident à ce moment», peut-on lire dans le rapport.

Ainsi, «certaines victimes ont préféré ne pas dénoncer les incidents qu’elles avaient subis», note le VG.

Les données recueillies par Statistique Canada en 2016 semblent confirmer cette tendance.

Il y a quelques mois, les Forces «ont reconnu que les comportements sexuels inappropriés restaient un problème grave et qu’elles devaient axer les efforts sur le soutien aux victimes et solliciter des avis externes indépendants», note le rapport.