/finance/business
Navigation

Aide aux entreprises: 14G$ pour répliquer à Trump

Heads Of State Attend G7 Meeting In Quebec - Day One
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Le gouvernement Trudeau donnera un coup de pouce de 14 milliards de dollars sur 5 ans aux entreprises canadiennes afin qu’elles puissent mieux rivaliser avec les États-Unis.    

Une des mesures phares de l’Énoncé économique de l’automne annoncé mercredi par Ottawa, cette aide sera donnée sous forme d’allégements fiscaux ciblés qui ont pour objectif de rendre plus attrayant les investissements au Canada:       

  • «Permettre aux entreprises d’amortir immédiatement le coût total des machines et du matériel servant à la fabrication ou à la transformation de biens    
  • Permettre aux entreprises d’amortir immédiatement le coût total du matériel désigné de production d’énergie propre    
  • Instaurer l’Incitatif à l’investissement accéléré, qui permettra aux entreprises de toutes tailles et de tous les secteurs de l’économie de déduire une plus grande part du coût de biens nouvellement acquis dans l’année où l’investissement est effectué.»      

L’ensemble ces mesures fera passer le taux d’imposition moyen sur les nouveaux investissements des entreprises au Canada de 17% à 13,8%. Ce taux sera le plus bas du G7 et bien en deçà de celui des États-Unis.    

Le gouvernement estime que ceci coûtera 14,4 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années au trésor canadien.    

Réplique à Trump  

Il s’agit d’une réponse directe aux mesures mises en place par l’administration de Donald Trump. Le gouvernement américain a notamment fait chuter le taux d’imposition fédéral sur le revenu des entreprises de 35% à 21%.    

Ces mesures américaines «pourraient mettre en péril la capacité du Canada à attirer les investissements et à demeurer concurrentiel par rapport aux États-Unis», peut-on lire dans les documents de la mise à jour économique du budget.    

Le gouvernement libéral ne va pas aussi loin que Trump dans les mesures qu’il met en place pour que le Canada demeure attrayant.    

«Le simple fait que nous avons conclu un accord commercial [la renégociation de l’ALENA] avec les États-Unis ne veut pas dire que nous serons toujours d’accord avec leur approche. L’administration en place a procédé à une série de baisses d’impôt massives pour les grandes sociétés», a noté le ministre des Finances, Bill Morneau aux Communes.    

Certains ont fait pression sur le gouvernement pour que le Canada mette en place des mesures aussi drastiques.    

«Un tel geste ajouterait des dizaines de milliards de dollars à notre dette», a fait valoir M. Morneau.    

Déréglementation  

Ottawa veut aussi harmoniser les règles entre les provinces et déréglementer pour faciliter les investissements. Il s'agit d'une demande des entreprises, a indiqué M. Morneau.    

«Nous prendrons des mesures pour moderniser nos règlements afin qu’il soit plus facile pour les entreprises canadiennes de grandir. Et nous y parviendrons tout en continuant de protéger la santé et la sécurité des Canadiens, ainsi que notre environnement», a souligné le ministre des Finances.