/news/education
Navigation

Éducation: les anglophones prêts à se battre pour les commissions scolaires

Coup d'oeil sur cet article

Les anglophones sont prêts à se battre devant les tribunaux si le gouvernement Legault va de l’avant avec l’abolition des commissions scolaires pour les transformer en centres de services aux écoles.

« On est prêts à mener la bataille s’il faut la faire, a affirmé au Journal Russell Copeman, directeur général de l’Association des commissions scolaires anglophones du Québec. Nous allons utiliser tous les outils à notre disposition. L’attachement de la communauté anglophone pour les commissions scolaires est très fort. »

La communauté anglophone n’hésitera pas à recourir aux tribunaux pour faire valoir ses droits, a-t-il précisé. L’article 23 de la Charte des droits et libertés garantit aux minorités linguistiques le droit à l’éducation dans leur langue, une protection qui s’étend à la gestion des écoles, selon la jurisprudence.

Roberge confiant

De son côté, le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a confiance dans le dépôt d’un projet de loi qui passe le test des tribunaux.

Si Québec va bel et bien de l’avant, une injonction pourrait être réclamée afin de forcer le maintien des commissions scolaires anglophones dans l’attente d’un jugement sur le fond de la question, avance de son côté le président de la commission scolaire Central Quebec, Stephen Burke.

Ce dernier interpelle directement le ministre Roberge à ce sujet : « Si la qualité des services aux élèves est votre priorité, dites-moi pourquoi vous êtes prêt à partir en guerre constitutionnelle contre les commissions scolaires anglophones. Ce ne sont sûrement pas les jeunes qui vont gagner », lance-t-il.

Ces déclarations surviennent alors qu’Ottawa vient d’annoncer la relance de son programme de contestations judiciaires, qui vise à fournir une aide financière à ceux désirant présenter une requête devant les tribunaux concernant une atteinte aux droits en matière de langues officielles ou de la personne.


► Réécoutez l’entrevue d’Antoine Robitaille avec Russell Copeman sur qub.radio.