/opinion/columnists
Navigation

La Grèce n’a plus de frontières

La Grèce n’a plus de frontières
Capture d'écran / Occupation double en Grèce

Coup d'oeil sur cet article

J’ai toujours écouté Occupation Double sans trop d’implication. Pourtant, depuis l’avènement des réseaux sociaux, je me surprends de plus en plus à fouiller dans ce qui pourrait refléter la vie antérieure des candidats: leur compte Instagram.

Deuxième degré

Alors que le voyeurisme d’Occupation Double Terrebonne se limitait au périmètre des maisons conformistes, on assiste depuis l’édition balinaise à un voyeurisme à deux vitesses. Tout en observant la courbe dramatique de Pézie, Renaud, Maude et amis, le téléspectateur a aussi accès, grâce à Instagram, à l’univers parallèle de chaque candidat. Univers incluant leur passé, ainsi que leur entourage.

Cette accessibilité, acoquinée au désir de la production de faire moult références à l’édition précédente, est un cocktail bien dangereux. La visite que l’ancien candidat Sansdrick a rendue à son ex Pézie dimanche est l’exemple le plus probant. Alors que la candidate tente d’être maître de sa persona en affirmant depuis le début de l’aventure que Sansdrick et elle, ce n’est que de l’amitié, V parachute ce dernier sur les montagnes crétoises et la met devant les faits accomplis: ils se sont fréquentés tout l’été.

Limites effacées

Ce ne sont pas les méta références à OD Bali qui dérangent. Au contraire, mettre en scène la meilleure amie de l’une et l’ex de l’autre dans l’édition Grèce donne d’intéressants airs de spin off. Ce qui dérange, c’est cette chasse à la bisbille que la production exécute désormais sans pitié. Ce n’est plus le spectacle de l’ordinaire qui est traqué, mais bien celui de l’intimité, intimité dépassant la diégèse des maisons grecques.

L’exploitation d’Instagram et le métissage des saisons ont beau fragiliser certains pions (candidats), cette nouvelle formule s’inscrit toutefois trop bien dans notre époque. La quête de célébrité chez les participants n’est pas un phénomène nouveau, mais le fait de pouvoir y mettre un chiffre à sa sortie de l’aventure, si.

Pour paraphraser l’ingénieux podcast Les Ficelles, le vrai prix, ce n’est plus la micromaison Bonneville.

Le vrai prix, c’est le nombre d’abonnés obtenu sur Instagram, et la promesse d’une célébrité pérenne, en orbite des saisons prochaines.

 

Cette chronique est en lien à la semaine de Réjean Tremblay :

 

Votez pour votre novice préféré du 3 au 9 décembre, qui se méritera un contrat de chroniqueur au sein du Journal.

 


Mentors X Novices - lundis et jeudis en baladodiffusion sur qub.radio
Les Novices : l’émission - samedis matins de 10h à 11h sur qub.radio
Les chroniques écrites – sur les sites du Journal de Montréal et du Journal de Québec et dans les journaux