/weekend
Navigation

Top 25: les films les plus marquants du cinéma d’ici

Top 25: les films les plus marquants du cinéma d’ici

Coup d'oeil sur cet article

Notre cinéma en a fait du chemin depuis la sortie du premier véritable long métrage de fiction québécois, À la croisée des chemins, en 1943. Soixante-quinze ans plus tard, certains de nos cinéastes, comme Denis Villeneuve, Jean-Marc Vallée et Xavier Dolan, brillent au-delà de nos frontières et nos films réussissent, bon an, mal an, à s’illustrer dans les plus grands festivals du monde et à connaître du succès au box-office. Pour une cinématographie qui produit seulement en moyenne une trentaine de longs métrages de fiction chaque année, il y a de quoi être fier.

Plusieurs palmarès des meilleurs films québécois de l’histoire ont été publiés au cours des dernières années. Nous avons voulu faire différent en proposant un palmarès des 25 films québécois les plus marquants.

Six journalistes et chroniqueurs du Journal se sont prêtés au jeu en soumettant leur propre liste des 25 films québécois qu’ils considèrent comme les plus marquants, en se basant sur plusieurs critères de sélection : la valeur artistique de l’œuvre, son succès à l’international (prix et sélections dans les festivals), son impact sur la culture populaire, son succès au box-office­­­ et son importance historique, entre autres.

Nous avons ensuite compilé toutes ces sélections pour établir un palmarès, selon un système de pointage simple. Voici donc le résultat final.

MÉTHODOLOGIE : Les spécialistes de cinéma Maxime Demers (Journal de Montréal), Isabelle Honteyberie (Agence QMI), Cédric Bélanger (Journal de Québec), le directeur Arts et Spectacles du Journal de Montréal Danny Vear et les chroniqueurs Guy Fournier et Sophie Durocher ont fourni leur liste des 25 films québécois les plus marquants. Chaque sélection a été compilée en suivant le système de pointage suivant : chaque premier choix a reçu 25 points, les seconds 24 points et ainsi de suite jusqu’aux 25es choix qui ont reçu chacun un point. Notre palmarès est basé sur cette compilation.


1. Le déclin de l’empire américain de Denys Arcand (1986)

Top 25: les films les plus marquants du cinéma d’ici
Photo d'archives

 Avec Rémy Girard, Pierre Curzi, Yves Jacques et Dominique Michel.

Top 25: les films les plus marquants du cinéma d’ici
Photo d'archives

Certainement l’un des films québécois les plus vus et célébrés dans le monde, Le déclin de l’empire américain est considéré par plusieurs comme l’œuvre phare du cinéma de Denys Arcand, seul cinéaste à retrouver trois de ses films dans notre palmarès. Cette comédie satirique mordante, qui met en scène une bande d’intellectuels qui discutent de leur vie et leurs relations amoureuses, a fait un tabac dans les salles au Québec, mais aussi en France, où il a attiré plus de 1,2 million de spectateurs dans les salles – un rare exploit pour un film québécois. Le succès du Déclin a même ouvert les portes d’Hollywood à Arcand, qui a été recruté à l’époque pour écrire un remake américain du film qui n’a finalement jamais vu le jour. (MD)


2. C.R.A.Z.Y. de Jean-Marc Vallée (2005)

Top 25: les films les plus marquants du cinéma d’ici
Photo courtoisie

Avec Marc-André Grondin, Michel Côté et Danielle Proulx.

Auréolé de dix prix aux Génie et de douze prix au Gala du cinéma québécois, ce drame bouleversant réalisé par Jean-Marc Vallée a séduit à la fois la critique et le public, récoltant près de 6 M$ au box-office québécois. C.R.A.Z.Y., qui a lancé­­­ la carrière de l’acteur­­ Marc-André Grondin, raconte le passage à l’âge adulte d’un jeune homosexuel montréalais, dans les années 1970. (MD)


3. Les ordres de Michel Brault (1974)

Top 25: les films les plus marquants du cinéma d’ici
Photo d'archives

Avec Claude Gauthier, Jean Lapointe et Hélène Loiselle

La crise d’Octobre 1970, vue par le scénariste et réalisateur Michel Brault, s’inscrit dans la tendance de l’époque d’allier documentaire et fiction engagée. Récompensé par quatre Canadian Film Awards (devenus les Génie), Les ordres demeure le seul long métrage de chez nous à avoir remporté le Prix de la mise en scène au Festival de Cannes. (IH)


4. Mommy, de Xavier Dolan (2014)

Top 25: les films les plus marquants du cinéma d’ici
Photo courtoisie

Avec Anne Dorval, Antoine-Olivier Pilon et Suzanne Clément.

À l’ère des réseaux sociaux, aucun film québécois n’a suscité un engouement aussi fort et viscéral que Mommy lors de la première mondiale au Festival de Cannes, d’où il est reparti avec le Prix du jury en 2014. Récit poignant d’une relation mère-fils explosive, Mommy s’avère l’incontestable chef-d’œuvre d’un (encore) jeune cinéaste au parcours impressionnant et au talent indéniable. (CB)


5. Mon oncle Antoine, de Claude Jutra (1971)

Top 25: les films les plus marquants du cinéma d’ici
Photo courtoisie, Radio-Canada

Avec Jean Duceppe, Olivette Thibault et Claude Jutra.

Œuvre majeure de la cinématographie québécoise – pour de nombreux historiens du septième­­­ art, elle en est le chef-d’œuvre –, qui a remporté de nombreux prix internationaux, Mon oncle Antoine dresse un portrait fascinant de la vie dans une petite ville minière des années 1940, où les habitants se réunissent pour festoyer au magasin général, la veille de Noël. (CB)


6. Incendies, de Denis Villeneuve (2010)

Top 25: les films les plus marquants du cinéma d’ici
Photo courtoisie, Production Micro

Avec Lubna Azabal, Mélissa Désormeaux­­­-Poulin et Maxim Gaudette.

Si Denis Villeneuve mène aujourd’hui une belle carrière à Hollywood, c’est en grande partie grâce à l’immense succès international de ce film, adapté de la pièce du même titre de Wajdi Mouawad. Drame familial puissant, dans lequel Villeneuve prouve une parfaite maîtrise de son art, Incendies a été célébré partout dans le monde, récoltant même une nomination pour l’Oscar du meilleur film en langue étrangère. (MD)


7. Les invasions barbares, de Denys Arcand (2003)

Top 25: les films les plus marquants du cinéma d’ici
Photo courtoisie

Avec Rémy Girard, Stéphane Rousseau et Marie-Josée Croze.

Seul long métrage québécois à avoir remporté l’Oscar du meilleur film en langue étrangère, Prix du scénario et Prix d’interprétation féminine (Croze) à Cannes, César du meilleur film en France : la suite du Déclin de l’empire américain, qui ramenait à l’écran ses intellectuels qui aiment parler de sexe, entre autres sujets, demeure le film québécois le plus primé. (CB)


8. Les Bons Débarras, de Francis Mankiewicz (1980)

Top 25: les films les plus marquants du cinéma d’ici
Photo courtoisie

Avec Charlotte Laurier, Marie­­ Tifo et Gilbert Sicotte.

Chef-d’œuvre du cinéaste Francis Mankiewicz, issu de son heureuse collaboration avec le romancier Réjean­­­ Ducharme, Les Bons Débarras conserve une richesse poétique inégalée dans la cinématographie québécoise. On s’émerveille encore devant la quête d’absolu de Manon (sublime Charlotte Laurier, alors âgée de 12 ans). Le film a récolté 8 prix Génie. À voir et à revoir. (DV)


9. Léolo, de Jean-Claude Lauzon (1992)

Top 25: les films les plus marquants du cinéma d’ici
Photo courtoisie

Avec Maxime Collin, Ginette Reno et Pierre Bourgault.

Considéré comme le grand chef-d’œuvre du regretté cinéaste Jean-Claude Lauzon, ce film en bonne partie autobiographique relate le passage à l’adolescence d’un garçon qui vit au sein d’une famille dysfonctionnelle, dans le Montréal ouvrier des années 1950. Œuvre poétique et intime, Léolo a reçu un accueil dithyrambique au Festival de Cannes en 1992, où il a été présenté en compétition officielle – un rare honneur pour un film québécois. (MD)


10. Elvis Gratton : le King des Kings, de Pierre Falardeau­­­ (1985)

Top 25: les films les plus marquants du cinéma d’ici
Photo d'archives

Avec Julien Poulin, Denise Mercier et Yves Trudel.

Sous des airs de comédie, Pierre Falardeau livre une critique féroce de la société québécoise et dénonce la mentalité de « colonisés » qu’il y perçoit au travers de l’adhésion à la société américaine et du modèle de consommation. Avec son « Think big sti! », Elvis Gratton, brillamment interprété par Julien Poulin, est toujours un personnage culte, reconnaissable entre tous. (IH)


11. J.A. Martin photographe, de Jean Beaudin (1977)

Top 25: les films les plus marquants du cinéma d’ici
Photo d'archives

Avec Monique Mercure et Marcel Sabourin.

Prix d’interprétation à Cannes, Monique Mercure éblouit dans le rôle d’une épouse qui insiste pour suivre son mari photographe dans son périple estival sur les routes du Québec au début du XXe siècle. (CB)


12. 15 février 1839, de Pierre Falardeau (2001)

Top 25: les films les plus marquants du cinéma d’ici
Photo d'archives

Avec Luc Picard, Sylvie Drapeau et Julien Poulin.

Ne renonçant pas à son cinéma politique, Pierre Falardeau livre, avec 15 février 1839, un film historiquement exact sur la révolte des patriotes, porté par Luc Picard. (IH)


13. La guerre des tuques, d’André Mélançon (1984)

Top 25: les films les plus marquants du cinéma d’ici
Photo courtoisie

Avec Cédric Jourde et Marie-Pierre A. D’Amour.

Fer de lance de la série Contes pour tous, La guerre des tuques, avec sa célèbre bataille hivernale, le chien Cléo et la « neige sur ton épaule », a marqué toute une génération de Québécois. (CB)


14. Pour la suite du monde, de Michel Brault et Pierre Perrault (1963)

Top 25: les films les plus marquants du cinéma d’ici
Photo courtoisie

En installant leur caméra sur l’île aux Coudres, où l’on espérait faire renaître la pêche aux marsouins, Brault et Perrault ont réalisé le documentaire qui a posé les bases de la cinématographie québécoise. (CB)


15. La grande séduction, de Jean-François Pouliot (2003)

Top 25: les films les plus marquants du cinéma d’ici
Photo courtoisie

Avec Raymond Bouchard, David Boutin et Lucie Laurier.

Qu’ils sont futés, les gens de Sainte-Marie-la-Mauderne ! On s’amuse encore de leurs subterfuges pour convaincre un médecin de Montréal de s’installer dans leur trou perdu. Efficace et réjouissant. (DV)


16. Jésus de Montréal, de Denys Arcand (1989)

Top 25: les films les plus marquants du cinéma d’ici
Photo d'archives

Avec Lothaire Bluteau, Rémy Girard et Gilles Pelletier.

Satire brillante et audacieuse portée par une performance magistrale de Lothaire Bluteau, Jésus de Montréal a marqué l’histoire en devenant le premier film québécois de l’histoire à récolter le prestigieux Prix du jury au Festival de Cannes. (MD)


17. Un zoo la nuit, de Jean-Claude Lauzon (1987)

Top 25: les films les plus marquants du cinéma d’ici
Photo courtoisie, Productions Oz inc.

Avec Gilles Maheu, Roger Lebel et Germain Houde.

Proposé pour l’Oscar du meilleur film en langue étrangère, lauréat du prix de la Fédération internationale de la presse cinématographique au TIFF et gagnant de 13 Génie, l’audacieux Un zoo la nuit fait sensation à Cannes et lance la carrière d’un cinéaste disparu trop tôt. (IH)


18. Bon Cop, Bad Cop, d’Érik Canuel (2006)

Top 25: les films les plus marquants du cinéma d’ici
Photo courtoisie

Avec Patrick Huard et Colm Feore.

Film totalement bilingue, ce premier volet de l’amitié improbable entre les policiers incarnés par Patrick Huard et Colm Feore est, avec ses 8,97 millions $ au box-office, le plus grand succès commercial de l’histoire du cinéma québécois. (IH)


19. Les Plouffe, de Gilles Carle (1981)

Top 25: les films les plus marquants du cinéma d’ici
Photo d'archives

Avec Juliette Huot, Gabriel Arcand et Pierre Curzi.

L’incontournable cinéaste fait découvrir à une toute nouvelle génération le roman de Roger Lemelin, sorti en 1948. Proposé pour l’Oscar du meilleur film en langue étrangère, Les Plouffe se voit couronné de sept prix Génie. (IH)


20. Gaz Bar Blues, de Louis Bélanger (2003)

Top 25: les films les plus marquants du cinéma d’ici
Photo courtoisie

Avec Serge Thériault, Danny Gilmore et Sébastien Delorme.

Serge Thériault a marqué les esprits avec son interprétation bouleversante d’un propriétaire d’une petite station-service qui souffre de la maladie de Parkinson et qui a du mal à gérer ses relations avec ses fils. (MD)


21. Monsieur Lazhar, de Philippe Falardeau (2011)

Top 25: les films les plus marquants du cinéma d’ici
Photo courtoisie

Avec Fellag, Sophie Nélisse et Émilien Néron.

Tout en finesse, le film de Philippe Falardeau décrit les destins entre­mêlés d’un immigrant et des élèves d’une école primaire de Montréal. Il a récolté plusieurs prix et une nomination aux Oscars. (DV)


22. Polytechnique, de Denis Villeneuve (2009)

Top 25: les films les plus marquants du cinéma d’ici
Photo courtoisie

Avec Maxim Gaudette, Karine Vanasse et Sébastien Huberdeau.

Présenté à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes, ce film en noir et blanc avec Karine Vanasse et Maxim Gaudette, glaçant de détermination meurtrière, est une œuvre coup-de-poing dont on ne sort pas indemne. (IH)


23. La vraie nature de Bernadette, de Gilles Carle (1972)

Top 25: les films les plus marquants du cinéma d’ici
Photo courtoisie, Radio-Québec

Avec Micheline Lanctôt, et Donald Pilon.

Même s’il a vieilli, le film culte de Gilles Carle exerce toujours la même fascination. Son portrait décapant du retour à la terre de Bernadette avait reçu un bel accueil à Cannes. À revoir pour Micheline Lanctôt. (DV).


24. Juste la fin du monde, de Xavier Dolan (2016)

Top 25: les films les plus marquants du cinéma d’ici
Photo courtoisie

Avec Marion Cotillard, Gaspard Ulliel et Nathalie Baye.

Deux ans après avoir triomphé avec Mommy, Xavier Dolan a brillé une fois de plus à Cannes en remportant le Grand Prix – le second prix le plus prestigieux du festival – avec cette poignante adaptation d’une pièce de théâtre du dramaturge français Jean-Luc Lagarce. (MD)


25. Maurice Richard, de Charles Binamé­­­ (2005)

Top 25: les films les plus marquants du cinéma d’ici
Photo courtoisie

Avec Roy Dupuis, Julie LeBreton et Patrice Robitaille.

Une minutieuse reconstitution d’époque et le jeu intense de Dupuis ont donné une biographie à la hauteur de l’athlète d’exception que fut le Rocket pour le peuple québécois. (CB)

 

La portée du Déclin

Denys Arcand peut se targuer d’être le seul cinéaste à retrouver trois de ses longs métrages dans notre top 25 des films québécois les plus marquants de l’histoire. C’est aussi un de ses films, Le déclin de l’empire américain, qui figure au premier rang du palmarès. 

Sorti en 1986, Le déclin de l’empire américain a connu un immense succès critique et commercial, restant à l’affiche au Québec pendant plus d’un an. Il a aussi marqué l’histoire en devenant le premier long métrage canadien à être nommé pour l’Oscar du meilleur film en langue étrangère.

« C’est très cohérent que Le Déclin soit le numéro 1 du palmarès parce que quand ce film est arrivé, il a repositionné le système de valeurs [du cinéma québécois], observe le directeur général de la Cinémathèque québécoise, Marcel Jean. Avec ce film, c’est la querelle historique entre le cinéma d’auteur et le cinéma commercial qui trouve une sorte de résolution. Le Déclin a changé la donne. C’est un film qui a eu un succès commercial absolument exceptionnel et qui, du même coup, s’est rendu aux Oscars et a remporté toutes sortes de prix. Le Déclin a donc ouvert la voie pour d’autres cinéastes comme Jean-Claude Lauzon et Léa Pool et pour tous les autres films d’Arcand qui ont suivi. Il y a un nouveau souffle qui a été initié par Le Déclin de l’empire américain

« C’est aussi un film qui avait une grande résonance politique. On y voyait des profs d’histoire qui, à la suite de la défaite référendaire, rentraient dans un courant totalement individualiste. C’était un peu la conclusion du documentaire Le confort et l’indifférence qu’Arcand avait fait avant. Il y a beaucoup de sincérité dans ce film parce qu’Arcand, en tant qu’historien, lui-même appartenant à cette génération-là, savait très bien de quoi il parlait. »

Et Deux femmes en or

Comme tout palmarès du genre, notre top 25 des films québécois les plus marquants ne fera pas l’unanimité. Les codirecteurs actuels de l’organisme Éléphant : mémoire du cinéma québécois, Marie-José Raymond et Claude Fournier, regrettent notamment l’absence de films de cinéastes importants, comme Jean-Pierre Lefebvre, Robert Morin et André Forcier. 

« Pour moi, Le vent du Wyoming d’André Forcier, qui a tout récemment été restauré par Éléphant, est un des grands films québécois. Forcier est, à sa façon, un des cinéastes importants de notre cinématographie », indique Marie-José Raymond. 

Pour Marcel Jean, certains films populaires comme Deux femmes en or et Valérie auraient aussi dû figurer dans cette liste :

« En terme de succès commercial, Deux femmes en or est de l’envergure, sinon supérieur à ce qu’on a vu récemment avec Bon Cop, Bad Cop et De père en flic, souligne-t-il. Deux femmes en or et Valérie sont aussi des films qui ont déterminé ce que va être le cinéma commercial québécois pour les années suivantes, jusqu’à l’arrivée du Déclin de l’empire américain. »