/opinion/columnists
Navigation

Lettre d’excuses aux Franco-Canadiens

Coup d'oeil sur cet article

Chers amis francophones,

Comme vous le savez, la décision insensée prise par le premier ministre Doug Ford la semaine dernière a créé une véritable onde de choc au Québec.

Nombreux sont celles et ceux qui ont condamné avec véhémence le gouvernement ontarien.

Nombrilisme

Vous et moi savons qu’il y a une belle grosse dose d’hypocrisie dans cette posture. En effet, les francophones du reste du Canada ont été le dernier de nos soucis depuis tellement longtemps. En clair, nous étions trop occupés à regarder notre beau petit nombril pour vous accorder la moindre attention. Notre priorité, c’était uniquement NOTRE sort. Déjà, nous nous étions employés à nous détacher du reste des francophones du Canada. Nous insistions : nous ne sommes pas des Canadiens français, nous sommes des Québécois. Ce faisant, nous venions de créer deux classes de francophones. Malheureusement, vos préoccupations ne figuraient pas à l’ordre du jour de la Belle Province.

Pire encore. En 2015, alors que la communauté francophone du Yukon faisait valoir ses droits quant à la gestion de son réseau scolaire, le Québec a déposé un mémoire à la Cour suprême pour s’opposer à ces revendications.

Craignant la création d’un précédent favorisant la minorité anglophone du Québec, nous avons tourné le dos à cette minorité francophone, tout comme à celles de la Colombie-Britannique, de l’Alberta, de la Saskatchewan et des Territoires du Nord-Ouest, qui avaient le même genre de revendications.

Faute avouée...

L’on dit qu’une faute avouée est généralement à moitié pardonnée. C’est en ce sens que je vous offre mes plus sincères excuses. Souhaitons que les hauts cris émis ici au cours des derniers jours se traduisent par une véritable prise de conscience et que le Québec puisse enfin valoriser tous les francophones du Canada. Cela serait tellement dommage si nous profitions de votre malheur pour une fois de plus braquer les projecteurs uniquement sur nous.