/misc
Navigation

Nos auteurs

CA_Patrick-DésyClaude LangloisMathieu Turbide

Dégustation Méchants Raisins: Beaujo pas nouveau!

Dégustation Méchants Raisins: Beaujo pas nouveau!
Patrick Ayotte (gamay.ca)

Coup d'oeil sur cet article

Avait lieu mercredi soir la 3e dégustation du Club des Méchants Raisins. Puisque c’est dans l’air du temps, nous avions au menu une douzaine de Beaujolais (pas nouveaux!)

Sur la douzaine de vins dégustés, aucun ne s'est montré « mauvais ». Bien au contraire! Tous les vins se sont montrés agréables, voire délicieux avec une petite exception pour les vins nature qui ne plaisent pas toujours à tout le monde. D’une région qui a beaucoup contribué à lancer le mouvement « nature », nous étions bien obligés d’en avoir quelques-uns! Et moi, j’aime ça le vin nature!

Bref, vous trouverez à la suite mes commentaires sur mes cinq coups de cœur, des vins à ne pas manquer!

En terminant, avis aux intéressés : surveillez la page Facebook des Méchants Raisins pour connaître les prochaines dégustations club dès janvier 2019. Ouvert à toutes et à tous!

Buvez moins. Buvez mieux.

 

Domaine du Vissoux Les Griottes Beaujolais 2017

18,75 $ - Code SAQ 11259940

Sans doute le meilleur exemple de ce que devrait être un beaujolais. Bien parfumé avec des notes fruits et de fleur. En bouche, c’est frais, juteux, gouleyant, le tout sans manquer de nuance. Le parfait vin de bistro à boire à grandes lampées entre ami(e)s. Bref, laissez tomber le beaujo nouveau et tournez-vous vers la vraie affaire!

*** $$

 

Mommessin Grandes Mises Saint-Amour 2016

24,70 $ - Code SAQ 13386168

La preuve que tout n’est pas perdu! La vénérable maison de négoce nous avait habitués à des vins pour le moins insipides (et je reste gentil!). Le changement opéré depuis le lancement de la gamme « Grandes Mises » en 2015 est impressionnant! Issu d’un millésime plutôt frais et du cru le plus au nord du Beaujolais (dont on dit qu’il produit les vins les plus féminins), c’est un Saint-Amour qui offre un nez bien parfumé de fruits noirs avec un petit trait végétal qui apporte du coffre. Vinifié à la bourguignonne (en opposition à une macération carbonique ou semi-carbonique), il en ressort une matière généreuse, riche et finement structurée. Un vin sérieux bourré de plaisirs!

*** $$ ½

 

Domaine Marcel Lapierre Morgon 2017

35,00 $ - Code SAQ 11305344

Morgon, le cœur des crus du Beaujolais. La complexité et la diversité de ses sols permettent de produire des vins aux caractères variés. De son côté, à l’exception d’une ou deux cuvées confidentielles, le domaine Marcel Lapierre continue de produire un morgon qu’on pourrait dire d’assemblage, c’est-à-dire provenant d’un peu partout dans l’appellation. Or, la qualité est non seulement constante, mais surtout remarquable. Dans ce millésime un peu plus chaud que de 2016, mais nettement plus frais que 2015, on a droit à l’archétype du morgon qui morgonne! Beaucoup de fruits au nez avec des notes de réglisse, de fleur et de cerise. La matière en bouche est veloutée, concise et dotée d’une fraîcheur qui apporte beaucoup d’énergie à l’ensemble. Il ne vous reste plus qu’à mettre la main dessus avant qu’il n’en reste plus. J’allais écrire deux bouteilles au minimum : soyez prévoyant et prenez plutôt deux magnums!

**** $$$ ½

 

Domaine des Marrans Corcelette Morgon 2016

23,85 $ - Code SAQ 12956237

Pour moi, la surprise de la soirée! D’autant qu’il était en confrontation directe avec la cuvée Corcelette – un climat de Morgon – de Jean Foillard, l’un des meilleurs vignerons du Beaujolais. Sans avoir la même profondeur, celui du Domaine des Marrans montrait une substance impressionnante, de la finesse, beaucoup de fraîcheur et une buvabilité contagieuse. Un vin qui a fait l’unanimité auprès des dégustateurs. Chapeau!

*** $$ ½

 

Damien Coquelet Morgon Vieilles Vignes Côte du Py 2016

38,50 $ - Code SAQ 13911321

Un style « champ gauche » dans la lignée des vins produits par son beau-père, Georges Descombes, mais avec un trait de personnalité qui lui est propre; Damien Coquelet étonne avec ses vins sur le fil du rasoir. Du vin nature maîtrisé de main de maître. Le côté perlant en attaque a vite fait de disparaître pour laisser place à une texture soyeuse et finement détaillée. On sent un fruit mûr et délicat à la fois. Aucune présence d’un quelconque trait végétal. Parfums complexes de cerise, griotte, bergamote, zeste d’orange et de sherry. Longue finale évoquant le fruit et les cailloux mouillés. Un vin qui a divisé les dégustateurs, certains ayant horreur des vins nature, mais qui m’a énormément plu. Au point d’occuper la toute première marche du podium. Bravo!

**** $$$$