/entertainment/shows
Navigation

Des «Passagers» bouleversants

Des «Passagers» bouleversants
PHOTO AGENCE QMI, SEBASTIEN ST-JEAN

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Le hall de la Tohu s’est transformé en quai de gare rétro, mercredi, pour la première médiatique de «Passagers», le nouveau spectacle du collectif Les 7 doigts de la main.  

Dès le départ, «Passagers» nous plonge dans la cohue d’un quai de gare. Les gens se bousculent, courent dans tous les sens, se côtoient sans se voir, avant de trouver leur place dans un wagon, et de s’installer devant la fenêtre où défilent les paysages à vive allure.  

Hybride entre la danse contemporaine, les arts du cirque, l’acrobatie, le théâtre et les projections, le spectacle mélange les disciplines avec fluidité, brillamment mis en scène par Shana Carroll, une des fondatrices des 7 Doigts.  

 

Des «Passagers» bouleversants
PHOTO AGENCE QMI, SEBASTIEN ST-JEAN

 

Des virtuoses  

Au fur et à mesure du voyage, bercé par le balancement ininterrompu du wagon, le compartiment se transforme en différentes scènes intimes de la vie de chacun des passagers, alors que s’enchaînent les numéros de hula hoop, de tissus ou de trapèze.  

Les artistes de «Passagers» poussent leur technique et leur virtuosité dans chacune des spécialités, du numéro de mât au jonglage en passant par fil de fer ou le cadre russe. On sent qu’ils se dépassent, essayant d’offrir un regard neuf et original sur leur spécialité.  

Les artistes jouent autant la comédie qu’ils deviennent athlètes, chanteurs ou même musiciens. 

 

Des «Passagers» bouleversants
PHOTO AGENCE QMI, SEBASTIEN ST-JEAN

  

Époustouflant  

Le couple au trapèze est un moment très impressionnant. Tandis que l’homme reste sur le trapèze, la femme évolue entre le sol et les airs avec une décontraction étonnante.  

Le numéro de fil de fer offre aussi une lecture nouvelle en créant des images inusitées.  

Samuel Renaud et Louis Joyal proposent enfin un numéro de cadre russe prodigieux, d’une technicité incroyable, tout en étant fluide et en se permettant d’être drôle et cocasse. Lorsque Louis se jette dans le vide, retenu de justesse par les pieds, la salle frissonne. Et ce n’est que le début de ce numéro époustouflant.  

Au final, l’humain dans sa diversité, ses contradictions et ses excès reste au coeur de ce spectacle tout en poésie et en nostalgie.  

«Passagers» du collectif Les 7 doigts de la main est présenté à la Tohu jusqu’au 5 janvier 2019.