/misc
Navigation

Trump reconnaissant envers Trump

US President Donald Trump speaks to military members via teleconference on Thanksgiving
AFP

Coup d'oeil sur cet article

En ce jour de l'Action de grâce, à qui Donald Trump a-t-il tenu à exprimer sa gratitude? À Donald Trump, évidemment.

La scène tient de la caricature. L’Action de grâce («Thanksgiving») est littéralement consacrée à exprimer des remerciements, à témoigner humblement sa gratitude ou sa reconnaissance à l’endroit des personnes, des choses ou des phénomènes qui contribuent à notre existence ou à notre bonheur. À l’origine, la fête avait un sens religieux et consistait à rendre hommage à la Providence pour les récoltes qu’on venait de compléter. Graduellement, elle a pris un sens plus général et moins religieux, alors que chaque individu est appelé à partager ses sentiments de gratitude envers ses prochains, en se rappelant que le bien qui nous arrive est toujours, en tout ou en partie, attribuable à autre chose qu’à soi-même.

C’est une des questions les plus simples à répondre pour un politicien. Pourquoi ou envers qui avez-vous de la gratitude? Règle numéro 1: Faites preuve d’humilité. Règle numéro 2: Attribuez vos succès aux gens que vous avez le mandat de servir. Règle numéro 3: ne dites rien qui contrevienne aux règles 1 et 2. Le reste a peu d’importance.

On a posé la réponse à Donald Trump et voici ce qu’il a répondu :

  • Question: Pourquoi êtes-vous reconnaissant? Réponse: J’ai de la gratitude parce que j’ai une bonne famille  et parce que j’ai fait une différence extraordinaire pour notre pays. J’ai vraiment fait une différence extraordinaire dans le pays. Ce pays est tellement plus fort que quand je suis arrivé en poste que c'en est incroyable. Je veux dire que le pays est tellement plus fort que les gens n’arrivent pas à le croire. Quand je rencontre des leaders étrangers, ils me disent qu’ils n’arrivent pas à croire la différence entre la force des États-Unis aujourd’hui et les États-Unis il y a deux ans. Tellement de progrès.» (ma traduction)"
  • [Q. : What are you thankful for?] R. : [...] for having a great family and for having made a tremendous difference in this country. I've made a tremendous difference in the country. This country is so much stronger now than it was when I took office that you wouldn't believe it." "And I mean, you see, but so much stronger people can't even believe it. When I see foreign leaders they say we cannot believe the difference in strength between the United States now and the United States two years ago," he continued. " Made a lot of progress."

Bref, Donald Trump remercie la Providence de lui avoir envoyé... Donald Trump.

Que dire de plus sur le personnage? Il aurait été tellement facile, ne serait-ce que pour un instant, de remercier ses compatriotes pour le travail qu’ils ont accompli pendant ces deux ans, dont dépend avant tout la performance économique du pays. Il aurait aussi été plus honnête d’attribuer la performance économique du pays en partie aux assises solides qui lui ont été léguées par son prédécesseur et, encore mieux, à la croissance soutenue de l’économie mondiale depuis le début de 2017, qui a permis aux États-Unis de bien s’en tirer.

Ce n'est pas tout à fait ce qu'il dit. En ce jour où l’humilité et la reconnaissance sont de rigueur, Donald Trump n’exprime de la gratitude qu’envers lui-même et il invite ni plus ni moins ses concitoyens à suivre son exemple en lui attribuant le mérite de tout ce qui va bien dans leur vie et en exprimant loyalement leur reconnaissance envers leur président pour tous les bienfaits qu'il a apportés à leur pays. Tirez vos propres conclusions.

Quant à l’affirmation selon laquelle les leaders étrangers se bousculent pour le féliciter de ses performances et n’en reviennent pas à quel point les États-Unis sont plus forts et plus admirables qu’avant, je serais assez curieux de savoir de qui il s’agit, au juste, car peu d'entre eux s'aventurent à le couvrir de ce genre de louanges en public, à l'exception de quelques autocrates qui voient peut-être en lui un modèle, un ami ou un individu facile à manipuler par la flatterie.

Ceci dit, il est sans doute vrai que, quand on regarde les États-Unis aujourd'hui et qu’on les compare avec les États-Unis tels qu'ils étaient il y a deux ans, on arrive difficilement à croire la différence. Quant à savoir s'il faut en remercier la Providence, c'est une autre chose.

* * *

Pierre Martin est professeur de science politique à l’Université de Montréal et directeur de la Chaire d’études politiques et économiques américaines au CÉRIUM. On peut le suivre sur Twitter: @PMartin_UdeM

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.