/news/politics
Navigation

Un député abandonne son siège en raison d'une dépendance au jeu

Bloc parlement canada
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Le député libéral fédéral Raj Grewal a démissionné de ses fonctions en raison de problèmes de dépendance au jeu et d'importantes dettes.   

Le bureau du premier ministre l'a confirmé vendredi dans une déclaration.   

 

Bloc parlement canada
Facebook

 

«Plus tôt cette semaine, M. Grewal nous a informé qu'il était confronté à des défis personnels importants et qu'il reçoit des soins par des professionnels de la santé liés à des problèmes de dépendance au jeu l'ayant mené à accumuler des dettes personnelles importantes.»  

 La veille, l'élu de Brampton-Est en Ontario, avait annoncé sur sa page Facebook qu'il quittait son siège de député pour des raisons médicales.   

Grewal est né en 1985 à Calgary. Il est analyste financier et avocat de profession. Il a été élu pour la première fois en 2015 avec les libéraux de Justin Trudeau  

«Dans ces circonstances, nous croyons que sa décision de démissionner à titre de député de Brampton-Est était la bonne. Nous souhaitons qu'il reçoive le soutien dont il a besoin», peut-on lire dans la déclaration du bureau du premier ministre Trudeau.   

Sur les réseaux sociaux, ses collègues députés lui ont souhaité bonne chance pour la suite des choses.   

«Je souhaite bon courage à Raj Grewal dans ses efforts pour combattre son problème de dépendance. J’ai eu le plaisir de travailler avec lui au Comité des Finances», a écrit sur Twitter le conservateur Gérard Deltell.   

Troubles  

Le nom de Grewal s'est retrouvé dans les médias ces derniers mois parce que le Commissaire à l'éthique a ouvert une enquête à son sujet. On soupçonnait qu'il s'était placé en situation de conflit d’intérêts lorsqu'il a accompagné le premier ministre canadien dans son voyage en Inde.  

Sur le sujet, la déclaration du bureau du premier ministre indique que «nous ne sommes pas au courant d'une enquête de la police régionale de Peel. Nous sommes au courant d'interrogations de la GRC concernant M. Grewal, sujet sur lequel le Commissaire à l'éthique s'est penché plus tôt cette année.»