/travel/destinations
Navigation

Un petit paradis (et son encombrant locataire)

L’île d’Yeu n’est pas plus catholique que le reste de la France, mais elle a 
le souci de préserver son magnifique héritage religieux, dont cette grande croix de chemin.
Photo courtoisie, Gilles Proulx L’île d’Yeu n’est pas plus catholique que le reste de la France, mais elle a le souci de préserver son magnifique héritage religieux, dont cette grande croix de chemin.

Coup d'oeil sur cet article

Cet été, j’ai finalement visité cette île qui fut le lieu d’exil d’un personnage mal aimé de l’histoire de France : le maréchal Pétain, qui a donné la main à Adolf Hitler.

Tout est fait pour « isoler » la tombe du maréchal Pétain du reste du cimetière… On ne serait pas fâché que sa dépouille soit transférée ! On en a assez de se faire parler de lui (qui n’est venu ici que pour faire de la prison) ! Mais personne ailleurs en France n’en veut.
Photo courtoisie, Gilles Proulx
Tout est fait pour « isoler » la tombe du maréchal Pétain du reste du cimetière… On ne serait pas fâché que sa dépouille soit transférée ! On en a assez de se faire parler de lui (qui n’est venu ici que pour faire de la prison) ! Mais personne ailleurs en France n’en veut.

L’île d’Yeu

Souvenons-nous qu’à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, les communistes voulaient le fusiller, mais le général de Gaulle, en reconnaissance des actes du maréchal pendant la guerre de 1914-1918, l’a condamné à la prison à vie. C’est au fort de Pierre-Levée, sur l’île d’Yeu, que Philippe Pétain a terminé ses jours. Comme on ne voulait pas de sa dépouille à Verdun où il souhaitait être inhumé, l’île d’Yeu est restée prise avec la tombe de ce personnage encombrant... Les brochures touristiques sont totalement muettes à son sujet. On peut voir sa pierre dans le cimetière, mais celle-ci est cernée de gros cèdres qui la dissimulent. Qui plus est, on a disposé sa tombe dans le sens contraire des autres sépultures. Les citoyens d’ici doivent se dire : « Pourquoi est-ce à nous à nous occuper de ce mort importun ? »

 En quittant l’île d’Yeu et en allant vers Rochefort, on trouve le vaisseau du marquis de La Fayette, le Hermione, qui a participé à la guerre d’indépendance des États-Unis, et qui vogue toujours. Ce musée 
flottant offre une expérience immersive aux visiteurs qui peuvent l’explorer dans ses moindres recoins tandis qu’il déploie ses voiles et navigue sur les flots.
Photo courtoisie, Gilles Proulx
En quittant l’île d’Yeu et en allant vers Rochefort, on trouve le vaisseau du marquis de La Fayette, le Hermione, qui a participé à la guerre d’indépendance des États-Unis, et qui vogue toujours. Ce musée flottant offre une expérience immersive aux visiteurs qui peuvent l’explorer dans ses moindres recoins tandis qu’il déploie ses voiles et navigue sur les flots.

Quelle ne fut pas ma surprise en accostant au port Joinville ! Je m’imaginais une île grisâtre et pluvieuse où la sépulture de Pétain se perdait dans la brume... une sorte de décor écossais. J’avais tort : l’île d’Yeu est une île de richissimes bourgeois adeptes de la voile et du vélo. Ils ont l’amour des vieilles bagnoles parfaitement entretenues... On se croirait dans les années 1960 et 1970. En revanche, ils se targuent aussi de posséder un ratio élevé de voitures électriques. Évidemment, la nourriture est bonne (on est en France !). Même si cette île est légèrement plus petite que notre île aux Coudres, sa population est d’environ 5000 habitants. Il y a une clinique médicale de pointe et même un cinéma. L’atmosphère est détendue. Les gens sont accueillants. Partout, des vélos circulent. L’air est pur.