/opinion/columnists
Navigation

Encore les Témoins de Jéhovah

Coup d'oeil sur cet article

Hallucinant.

C’est le mot qui m’est venu à l’esprit lorsque j’ai lu la lettre que les parents d’Éloïse Dupuis, cette jeune adepte des Témoins de Jéhovah qui s’est laissée mourir au bout de son sang en octobre 2016 dans un hôpital de Québec, ont signée hier dans La Presse.

Selon eux, leur fille n’était pas endoctrinée.

Elle a pris une décision éclairée et réfléchie.

Et il faut respecter ses convictions religieuses.

LIBRE ET ÉCLAIRÉ ?

J’ai interviewé de nombreux « survivants » des Témoins de Jéhovah au cours des dernières années – tant à la télé qu’à la radio.

Comment peut-on parler de « liberté de choix » quand on interdit aux adeptes de cette secte de fréquenter ou même de parler à des gens qui n’en font pas partie ? Quand on fait tout pour les garder dans l’ignorance ? Quand on leur lave le cerveau dès l’enfance ? Quand on surveille leurs fréquentations, ce qu’ils regardent à la télé, ce qu’ils lisent dans les journaux ? Quand on les élève dans la crainte du courroux d’un dieu vengeur ?

Voyons ! C’est fou tout ce que nous acceptons sous le couvert du « respect de la religion ».

Aucun organisme, aucune entreprise privée, aucune association, aucune fédération d’aucune sorte ne pourraient traiter ses membres ou ses employés de cette façon. On enverrait tout de suite la DPJ ou la police.

Mais dès que Dieu pointe le bout de sa barbe, il faut reculer, baisser les bras et accepter l’inacceptable sous prétexte que « c’est le choix libre et éclairé du croyant ».

Désolé, mais quand on est vulnérable psychologiquement et qu’on se retrouve sous l’emprise d’une secte, on n’est pas capable de faire un choix « libre et éclairé ».

ABANDONNÉS À LEUR SORT

Tu veux croire que Patof a créé l’univers en deux jours, que Noé a mis tous les animaux de la Terre dans un bateau ou que le Capitaine Bonhomme est maître du cosmos ? Libre à toi. Chacun ses béquilles pour affronter l’angoisse de la mort, du néant et du vide éternel. Mais dès que tu mets ta vie ou la vie d’une autre personne en danger, le « respect de tes croyances » ne devrait plus tenir.

En France, une loi permet de sévir contre les sectes et les groupuscules qui profitent de la vulnérabilité des gens, que ceux-ci soient majeurs ou non.

On appelle ça un « abus de faiblesse ».

Voici la définition : « Exploitation de la vulnérabilité, de l’ignorance ou de l’état de sujétion psychologique d’une personne afin de la conduire à prendre des engagements dont elle ne peut apprécier la portée. »

Ici, on abandonne les adeptes à leur sort. À cause des maudites chartes, qui nous obligent à faire la carpette devant les religions.

Honte à nous. Le Canada est le paradis des crackpots, des gourous et des coucous.

DE FIERS PARENTS !

Que des parents soient fiers que leur fille se soit laissée mourir au bout de son sang pour respecter des croyances débiles me sidère.

N’y a-t-il pas une loi qui oblige les citoyens à porter assistance à une personne dont la vie est en danger ?