/world/opinion/columnists
Navigation

Gibraltar et autres anomalies de l’histoire

Coup d'oeil sur cet article

« Nous sommes en 2018 après Jésus-Christ. Toute la planète est débarrassée des empires coloniaux... Toute ? Non ! Une poignée d’irréductibles petites colonies résiste encore et toujours à la modernité. »

René Goscinny, du panthéon des créateurs de BD, me pardonnera de lui avoir piqué sa célèbre intro des aventures d’Astérix et d’Obélix pour illustrer cet anachronisme : des miettes d’empires coloniaux, aujourd’hui encore, parsèment la planète et s’amusent à semer le trouble et à envenimer des crises.

Le sort de Gibraltar, ce « territoire dépendant » du Royaume-Uni à la pointe de l’Espagne, a pris ces derniers jours une dimension plusieurs fois supérieure à sa taille ou à son poids stratégique.

Européens et Britanniques, au terme d’exténuantes négociations, devraient entériner au cours de la journée un accord sur le Brexit, la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Les Espagnols ont toutefois failli tout faire dérailler, en menaçant d’opposer leur veto à l’accord.

Ils exigeaient – et ont fini par obtenir – l’assurance que seule Madrid négociera le statut du rocher avec Londres : pas question de laisser les autres Européens faire passer cette revendication espagnole tricentenaire parmi les profits et pertes d’une plus vaste entente.

Un peu hypocrites, les Espagnols

S’ils réclament haut et fort que les Britanniques leur rétrocèdent Gibraltar, les Espagnols font la sourde oreille aux revendications marocaines sur les enclaves de Ceuta et Melilla. Madrid a beau prétendre que cette réalité est incrustée dans un demi-millénaire d’histoire, c’est clair que la décolonisation a hoqueté au passage de ces deux possessions espagnoles en territoire africain.

Londres, pour revenir à elle, reste la championne de l’éparpillement de vestiges coloniaux ; il faut dire qu’avec un empire sur lequel, comme le veut l’expression, « le soleil ne se couchait jamais », les dégâts pullulent. Les îles Malouines – les Falkland anglaises – s’obstinent, par exemple, à être une insulte à la souveraineté argentine, même si la guerre initiée par la junte militaire en 1982 tenait davantage à la survie de la dictature qu’à la volonté de corriger une perversité coloniale.

Querelles d’hier, querelles d’aujourd’hui

On n’en est pas encore venu à se battre à Chypre, mais les Britanniques conservent à Akrotiri et à Dhekelia des « bases militaires souveraines » où l’on continue d’y vivre à l’anglaise. Et pas question pour Londres de redonner aux Chypriotes ces bouts de territoire.

Ces aberrations de l’histoire ne concernent pas que les vieux empires européens. Les États-Unis, par exemple, s’obstinent à occuper un bout de territoire sur la baie de Guantanamo à l’extrême sud-est de Cuba, une « location permanente » (pour 4085 $ par année !) accordée au début du 20e siècle par le président cubain d’alors... mis en place par les Américains.

L’éclatement de l’empire soviétique a aussi éparpillé les conflits de souveraineté du Pacifique à la Méditerranée. En Asie centrale – du Kirghizistan au Turkménistan, en passant l’Ouzbékistan et le Kazakhstan –, chacun accuse l’autre d’avoir planté son drapeau là où il n’aurait pas dû.

Les Russes sont aussi têtus dans leur coin que les Américains à Cuba : ils contestent les frontières de l’Ukraine, y ont encouragé les mouvements sécessionnistes, tout comme en Géorgie et en Moldavie, et ont même corrigé une singularité de l’histoire qui les agaçait – telle la Crimée, cédée à l’Ukraine en 1954 – en rattachant le territoire à la mère patrie après y avoir envoyé des troupes.

Si Gibraltar est une vieille querelle qui prend une nouvelle vigueur dans l’Europe du 21e siècle, nous ne sommes pas au bout de nos peines et verrons agir Indiens et Pakistanais au Cachemire, Israéliens et Syriens au Golan et Russes et Chinois un peu partout autour d’eux.

 

DES QUERELLES TERRITORIALES INTERMINABLES

GIBRALTAR

  • Possession du Royaume-Uni depuis 1704
  • Revendiqué par l’Espagne

GUANTANAMO

  • Possession des États-Unis depuis 1903
  • Revendiqué par Cuba

CEUTA et MELILLA

  • Possessions de l’Espagne depuis 1580 (Ceuta) et 1497 (Melilla)
  • Revendiquées par le Maroc

ÎLES MALOUINES

  • À 399 km de la Terre de Feu (Argentine) et à 12 755 km de Londres
  • Possession du Royaume-Uni depuis 1833
  • Revendiquées par l’Argentine

CRIMÉE

  • Possession de la Russie depuis 2014
  • Revendiquée par l’Ukraine

PLATEAU DU GOLAN

  • À la frontière de la Syrie, du Liban et d’Israël
  • Possession d’Israël depuis 1967
  • Revendiqué par la Syrie

AKROTIRI et DHEKELIA

  • Possessions du Royaume-Uni depuis 1878
  • Revendiquées par la République de Chypre

ÎLES KOURILES

  • Possessions de la Russie depuis 1945
  • Revendiquées par le Japon

ÎLES SPRATLY

  • Vaguement occupées par la Chine
  • Contestées par Taïwan, le Vietnam, les Philippines, la Malaisie et Brunei

ÎLES ÉPARSES

  • À quelques centaines de km de l’île de Madagascar et à 8760 km de Paris
  • Possessions de la France depuis 1930
  • Revendiquées par Madagascar, Maurice et les Comores

ÎLES SENKAKU (aussi appelées ÎLES DIAOYU)

  • Possessions du Japon depuis 1895
  • Revendiquées par Taïwan et la Chine