/news/consumer
Navigation

Quel avenir pour les bagels cuits au four à bois?

Coup d'oeil sur cet article

Près de deux mois après l’entrée en vigueur de la nouvelle réglementation qui interdit les fours et poêles à bois polluants à Montréal, certains commerces qui utilisent cette méthode de cuisson ignorent toujours s’ils seront eux aussi touchés.

Au total, quelque 70 restaurants de la métropole comme des pizzérias et des rôtisseries portugaises utilisent la cuisson au bois. C’est aussi le cas des bagels traditionnels qui sont un emblème de la ville et qui attirent les touristes, dont St-Viateur Bagel qui fait ses petits pains à la main avant de les cuire au four à bois depuis plus de 60 ans.

«Je trouve ça un peu dommage parce que le goût du poulet grillé sur charbon de bois, c’est tellement différent. Quand on le grille au gaz ou à l’électricité, le goût est différent. Mais si la loi sort, on va s’adapter», a affirmé Tony Alves, propriétaire de la rôtisserie portugaise Ma poule mouillée, à TVA Nouvelles.

À l’heure actuelle, seul le secteur résidentiel est touché alors qu’on exige que les poêles à bois n’émettent pas plus que 2,5 grammes de particules fines à l’heure dans l’atmosphère.

Les propriétaires des commerces concernés rencontreront bientôt la Ville pour faire le point sur la question.

«Nous sommes fiers de tous les restaurants de bagels, les pizzérias et tous les autres commerces qui font la renommée de Montréal. Ce que nous voulons, c’est nous asseoir avec les différents acteurs pour voir comment on peut travailler ensemble», a précisé Jean-François Parenteau, responsable du développement durable et de l’environnement au comité exécutif de la Ville de Montréal.