/finance/business
Navigation

General Motors va réduire de 15% son nombre d’employés, 2500 emplois perdus en Ontario

Des employés qui quittent l’usine d’Oshawa, en Ontario.
AFP Des employés qui quittent l’usine d’Oshawa, en Ontario.

Coup d'oeil sur cet article

Malgré des profits records, General Motors fermera cinq de ses installations en Amérique du Nord l’an prochain, dont son usine d’Oshawa, en Ontario, où elle emploie environ 2500 syndiqués.

Cette annonce fait partie d’une réduction de 15 % de ses employés dans le monde, soit 14 800 emplois, ce qui permettra d’économiser 6 milliards $ US d’ici 2020.

Des usines d’assemblage dans la région de Detroit, au Michigan, ainsi qu'en Ohio subiront le même sort que celle d’Oshawa. Des installations à Baltimore, au Maryland, et à Warren, au Michigan, également. Environ 8000 postes n’existeront plus au Canada et aux États-Unis.

Deux autres usines ailleurs dans le monde fermeront aussi leurs portes l’an prochain, mais GM ne les a pas nommées dans son communiqué. Il ne s’agit cependant pas de l’usine de Gunsan, en Corée du Sud, dont la fermeture avait déjà été annoncée par la compagnie américaine.

«Ces actions que nous prenons aujourd’hui poursuivent notre transformation pour être une compagnie agile, résiliente et profitable, tout en nous donnant la flexibilité pour investir à l’avenir», a dit la présidente et chef de la direction de GM, Mary Barra.

Créée en 1953, l’usine d’Oshawa fabrique les modèles Cadillac XTS, Chevrolet Impala, Chevrolet Silverado et GMC Sierra, selon Global News.

GM compte cesser de fabriquer plusieurs modèles dont la Volt, la Cruze et l’Impala. Le fabricant veut privilégier les véhicules les plus rentables, dont les camionnettes et les véhicules utilitaires sport, par rapport aux voitures à essence dont les ventes déclinent.

Le constructeur veut aussi se concentrer sur la production de véhicules autonomes et 100 % électriques. Il a d’ailleurs l’intention de doubler ses investissements dans ce domaine.

«L’industrie se transforme rapidement, a dit Mary Barra. Je crois qu’il est approprié d’aller de l’avant pendant que l’industrie et l’économie sont vigoureuses.»

Débrayage

En raison des rumeurs de fermeture, les syndiqués d’Oshawa ont débrayé lundi matin en attendant des nouvelles officielles de l’entreprise.

Le syndicat Unifor estime qu’un changement de cap par GM est toujours possible même si aucun assemblage de véhicule n’est prévu après décembre 2019 à cet endroit.

«Unifor n’accepte pas que la fermeture soit une conclusion inévitable. Oshawa a déjà été dans cette position auparavant avec aucun véhicule à l’horizon et nous avons réussi à faire valoir notre position afin de poursuivre les opérations. Nous allons vigoureusement combattre pour maintenir ces emplois automobiles bien rémunérés», a dit Jerry Dias, le président national d’Unifor.

Il a souligné que l’usine d’Oshawa avait eu droit à des investissements de 500 millions $ afin d’être la seule en Amérique du Nord à pouvoir assembler à la fois des camions et des voitures.

Les installations de GM à Oshawa avaient déjà subi des coupes en 2015 lorsque l’assemblage de la Camaro avait été transféré au Michigan.

L’État a perdu environ 2,8 milliards $ en prêts attribués à GM au Canada en 2009, qui n’ont jamais été remboursés.

Le syndicat représentant les travailleurs américains a également dénoncé les compressions aux États-Unis.

«Cette décision impitoyable de GM de réduire ou stopper la production dans des usines américaines, tout en démarrant ou augmentant la production dans des usines au Mexique ou en Chine pour ensuite vendre aux consommateurs américains, est une façon d'agir profondément dommageable pour les salariés américains», a dénoncé Terry Dittes, du syndicat américain des Travailleurs unis de l’automobile.

Nouvelle dévastatrice

Le premier ministre canadien Justin Trudeau a exprimé sa «profonde déception», lundi.

«Depuis des générations, les travailleurs de GM sont le cœur & l’âme d’Oshawa, a écrit M. Trudeau sur Twitter. Nous ferons tout en notre pouvoir pour aider les familles visées à se remettre sur pied. Hier [dimanche], j’ai parlé à Mary Barra de GM pour lui exprimer ma profonde déception à l’égard de la fermeture de l’usine.»

Son ministre fédéral de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains, a souligné que son gouvernement appuyait l’industrie automobile qui est concentrée en Ontario et travaillait sur un plan pour favoriser la construction de véhicules qui n’émettent pas de gaz à effet de serre.

De son côté, le chef de l’opposition officielle, Andrew Scheer, a dénoncé cette fermeture.

«La nouvelle d’aujourd’hui [lundi] est dévastatrice pour des milliers de familles du sud de l’Ontario qui dépendent depuis des décennies de l’usine de montage de General Motors à Oshawa pour gagner leur vie. Cette fermeture est la fin d’une longue et fière tradition à Oshawa, qui a accueilli GM pendant plus de 100 ans», a affirmé le leader conservateur par communiqué.

- Avec l’AFP