/news/currentevents
Navigation

Scandale du CUSM: l’ex-bras droit d’Arthur Porter plaide coupable

Yanai Elbaz
Photo d'archives Yanai Elbaz

Coup d'oeil sur cet article

L’ex-bras droit d’Arthur Porter vient de plaider coupable d’avoir participé au scandale de corruption dans la construction du Centre universitaire de santé McGill, qualifié de pire cas de l’histoire du Canada. Il devrait écoper de 39 mois de pénitencier.

« Il a profité de son statut de dirigeant, il a pris part à des jeux d'influence pour favoriser (le consortium mené par SNC-Lavalin) », a déclaré l'avocate de la défense Nadine Touma ce lundi au palais de justice de Montréal.

Yanaï Elbaz, l’ancien directeur-général adjoint du CUSM âgé de 49 ans, était accusé d’avoir reçu avec ses complices 22,5 millions $ en pots-de-vin par la firme de génie-conseil SNC-Lavalin, afin que cette dernière s’assure d’obtenir le contrat de construction du CUSM. Ce mégachantier de construction montréalais était évalué à 1,4 milliard de dollars.

Il avait reçu 10 millions de dollars, dissimulés à travers différentes entreprises dans différents pays.

À la commission Charbonneau, ce scandale avait été qualifié de pire cas de corruption dans l’histoire du Canada.

Les parties se sont entendues pour réclamer 39 mois de pénitencier.

Son frère Yohann Elbaz, un avocat de profession, avait lui aussi été accusé dans cette affaire. Son dossier doit être entendu juste après celui de son frère, ce lundi.

Avec ce plaidoyer de culpabilité, il ne reste qu’un seul accusé à être jugé dans cette gigantesque fraude. Pierre Duhaime, l’ancien PDG de SNC-Lavalin qui fait face à 16 accusations dont de complot, de fraude et d’abus de confiance, doit revenir à la cour ce jeudi, pour la suite des procédures.

Durant l’été, son ancien vice-président Riadh Ben Aïssa avait reconnu sa culpabilité dans le versement de pots-de-vin. Compte tenu de la détention préventive, il n’avait été incarcéré que quelques heures avant d’être libéré.

Un autre ancien vice-président de SNC-Lavalin, Stéphane Roy, avait pour sa part bénéficié d’un acquittement.

Arthur Porter, de son côté, n’a jamais pu être jugé puisqu’il est décédé au Panama avant d’être rapatrié au pays. Sa femme Pamela Porter avait quant à elle écopé de 33 mois de prison dans cette affaire.

Plus de détails à venir...