/news/politics
Navigation

Un plan de développement des services en français en Ontario

Un plan de développement des services en français en Ontario
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Trudeau devra présenter d'ici le 1er décembre un plan pour développement les services en français en Ontario, sur fond de crise linguistique. 

Une motion, à l'initiative du député conservateur Alain Rayes, a été adoptée en ce sens lundi, contre toutes attentes. 

 

Un plan de développement des services en français en Ontario
Photo d'archives, Agence QMI

 

M. Rayes a demandé à ce que «la Chambre demande au premier ministre et à la ministre des Langues officielles d'utiliser leur autorité à l'intérieur de leur champ de compétence pour développer un plan qui assurera que le gouvernement fédéral travaille en partenariat avec le gouvernement de l'Ontario dans tous les projets qui appuient l'épanouissement des services en français en Ontario, et que ce plan soit déposé au plus tard le 1er décembre 2018».

La tempête fait rage depuis plus d'une dizaine de jours. Pour faire des économies, le gouvernement de Doug Ford a mis la hache dans le Commissariat aux services en français de l’Ontario et a abandonné le projet d’université francophone

Après une semaine de contestation, le premier ministre ontarien a rétabli le ministère des Affaires francophones aboli en juin. 

Il s’est aussi engagé à modifier le projet de loi qui supprime le Commissariat, pour qu’une personne placée sous l’autorité de l’Ombudsman provincial traite les plaintes des 620 000 francophones.

La vague de mécontentement ne s'est pas limitée aux frontières ontariennes. Les réactions ont été vives chez les francophones du pays, ainsi qu'au Québec. La dispute s'est transportée au fédéral, où libéraux et conservateurs se bagarrent sur la question depuis des jours.

Les concessions des progressistes-conservateurs d'Ontario n'ont pas su calmer la grogne des Franco-Ontariens.