/opinion/blogs/columnists
Navigation

La leçon de Gertrude Bourdon

La leçon de Gertrude Bourdon
Photo Pascal Huot

Coup d'oeil sur cet article

Sortez vos mouchoirs. Gertrude Bourdon, la légendaire candidate libérale défaite dans le comté de Jean-Lesage, vient de rencontrer son deuxième Waterloo d’affilée.

Ce matin, Le Journal rapporte qu’elle:

«devra faire une croix sur la présidence du CHU de Québec (Centre hospitalier universitaire). Le Journal a appris que la libérale défaite n’a pas été retenue pour le poste. Candidate à sa propre succession, la gestionnaire de 63 ans souhaitait reprendre du service comme patronne du CHU de Québec-Université Laval, une fonction qu’elle occupait avant de tenter sa chance en politique.

Selon nos informations, Gertrude Bourdon n’est pas au nombre des candidatures sélectionnées par le conseil d’administration du centre hospitalier. Les intéressés avaient jusqu’au 26 octobre dernier pour soumettre leur candidature pour ce poste hautement convoité à 305 698 $ par année. (...)

La candidature de Gertrude Bourdon n’ayant pas été retenue par ses anciens collègues de travail, le gouvernement Legault n’aura même pas eu à écarter cette ex-adversaire politique.»

***

Évidemment, sur le plan personnel, Mme Bourdon vit sûrement ces deux défaites consécutives comme une épreuve qu’elle ne s’était pas «magasinée», si vous me passez l’expression.

Le «magasinage», voilà la raison, la vraie, pour laquelle je reviens malgré tout sur le sujet.

Non pas par acharnement journalistique, mais pour la leçon éclairante que le récit de Mme Bourdon nous enseigne.

***

Rappelons en effet que Gertrude Bourdon - pour reprendre ses propres mots -, s’était «magasinée» un parti politique en vue de se porter candidate aux élections générales du 1er octobre dernier.

Et «magasiner», elle fit. Beaucoup.

C’est à la porte de la CAQ qu’elle a tout d’abord frappé. Souvent et très fort.

C’est par trois fois qu’elle a rencontré le chef de la CAQ, François Legault. Puis, par quatre fois, elle s’est entretenue avec le chef de cabinet de M. Legault.

Total : sept rencontres.

En termes politiques, comme je l’ai déjà dit, à ce compte-là, ce n’était plus un flirt, mais une demande en mariage. Sept rencontres, c’est vraiment beaucoup.

Or, à la toute dernière minute, elle a fait faux bond au chef caquiste pour se précipiter dans les rangs libéraux de Philippe Couillard et de Gaétan Barrette.

Après sept rencontres avec la CAQ, dont trois avec le chef lui-même, Mme Bourdon avait le culot de lancer que, dans les faits, elle partageait les «valeurs» du PLQ depuis toujours.

Quant aux «réformes» Barrette, elle disait aussi les approuver mur-à-mur.

Et ce, après sept rencontres avec la CAQ? L’art de prendre les électeurs pour des valises.

***

Il faut dire que Mme Bourdon avait également eu la prétention extrême d'affirmer, sans broncher, qu’elle savait depuis le début que son arrivée en politique allait «marquer l’Histoire». Rien de moins.

Et où se trouve la leçon, me dites-vous?

Dans les faits, ce que Mme Bourdon se magasinait vraiment était une garantie coulée dans le béton voulant que si elle était élue, elle serait nommée automatiquement à la tête du tout-puissant ministère de la Santé et des services sociaux. Rien de moins, là aussi.

Ce que Philippe Couillard lui a d'ailleurs accordé illico.

À l'opposé, l'ex-ministre libérale Marguerite Blais ne s'était pas «magasinée» un futur poste de ministre.

Lorsqu'elle s'est jointe à la CAQ, c'est parce qu'elle avait eu l'engagement de M. Legault dans le dossier des proches aidants – un dossier qu'elle défend depuis longtemps, mais un dossier abandonné depuis des années par les libéraux. D'où son arrivée à la CAQ.

Mme Bourdon avait choisi l'ambition personnelle. Mme Blais a choisi de défendre ses idées. La différence et la leçon, elles sont là.

Bref, lorsqu’on prend la décision majeure de plonger en politique active, mieux vaut suivre ses propres convictions, comme l'a fait Mme Blais, au lieu de chasser un titre de ministre, comme l'a fait Mme Bourdon en vain...